Des policiers trop peu méfiants

Robert de L'Étoile s'est lancé sur le volant... (Courtoisie)

Agrandir

Robert de L'Étoile s'est lancé sur le volant d'une camionnette de la SQ provoquant un face à face avec un camion-remorque, sur la route 117, à l'été 2015.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La trop grande confiance placée à l'endroit d'un fuyard en état d'arrestation expliquerait, en partie, la double tentative de meurtre de deux policiers de la Sûreté du Québec (SQ), à l'été 2015, en Outaouais.

Les policiers Kevin Laplante et Guillaume Bernier ont survécu par miracle, le soir du 18 août 2015, lorsque l'homme qu'ils venaient d'arrêter, Robert de L'Étoile, s'est lancé sur le volant de la camionnette de la SQ, provoquant un face à face avec un camion-remorque, sur la route 117, entre la Réserve faunique La Vérendrye et Mont-Laurier.

Le suspect, aujourd'hui âgé de 61 ans, était recherché pour avoir menacé une personne à la pointe d'une arme à feu. Les policiers Laplante et Bernier, ainsi qu'un technicien en identité judiciaire, se sont arrêtés à un chalet, où se terrait M. De L'Étoile.

Après de courtes négociations, le forcené a passé ses bras à travers une fenêtre, afin qu'un des agents de la paix puisse lui passer les menottes.

L'arrestation s'est bien déroulée, selon le témoignage qu'a rendu le policier Laplante, à l'ouverture du procès, au début du mois, au palais de justice de Maniwaki.

Confiance

Après avoir été menotté à nouveau, cette fois derrière le dos, M. De L'Étoile s'est plaint de douleurs aux épaules. Puisque le chemin de bois menant à la route 117 était long, et que le suspect était courtois et n'offrait aucune résistance, les agents ont accepté de le menotter par devant, avant d'entamer la route vers le poste de Mont-Laurier, pour son interrogatoire.

Le policier a dit à quelques reprises au juge Gaston Paul Langevin, de la Cour du Québec, que l'individu était très poli. Le suspect disait aux policiers qu'il était un ancien ambulancier de Montréal et qu'il comprenait le travail des policiers.

Le suspect était assis derrière, du côté passager, lors de son transport. Il s'est détaché une première fois, disant qu'il était claustrophobe. Les policiers se sont entendus avec lui pour qu'il se rattache une fois rendu sur la 117, ce qu'il a fait. Cela devait lui permettre de reprendre ses esprits, avaient jugé les policiers.

La camionnette de la SQ n'était pas équipée d'une grille ou d'une vitre isolant l'arrière aux sièges à l'avant.

Tout au long du trajet, les agents ont échangé sur divers sujets, comme la chasse, la pêche, la survie en forêt, et les enfants.

« Il n'y a rien qui m'amenait à penser qu'il s'évaderait, a témoigné le policier Laplante. Il était attaché aux pieds et aux mains. S'il sautait du char, il n'irait pas loin. On s'est fait avoir. On s'est fait manipuler. Il nous a menés en bateau. Tout ce qu'il nous (racontait) avait de la logique, c'était à son avantage (...) Il nous contait sa version (du crime reproché). C'était très, très amical comme conversation. Je ne m'en suis pas méfié, effectivement. Plus que le trajet avançait, plus que notre méfiance baissait », a résumé Kevin Laplante.

Au moment où le policer s'apprêtait à envoyer un message texte à sa conjointe, pour la rassurer que tout allait bien au terme d'une opération potentiellement risquée, Robert de L'Étoile a surgi de l'arrière de la camionnette. Il avait retiré sa ceinture de sécurité une deuxième fois, à l'insu des policiers.

Il a sauté sur les deux agents, a empoigné le volant à deux mains et provoqué un accident, à la hauteur de Grands-Remous, 

La camionnette a percuté l'avant d'un camion-remorque circulant en sens inverse.

Le policier Guillaume Bernier et le suspect ont été éjectés du véhicule. Des automobilistes qui circulaient derrière sont passés à quelques pouces de rouler sur le policier, au sol.

Le policier Laplante a pu sortir de la camionnette, et rejoindre Robert de L'Étoile, qui rampait sur la chaussée.

Encore sonné, le policier s'est assis sur le suspect pour éviter qu'il aille plus loin.

Un couple de médecins s'est arrêté et est venu en aide à Guillaume Bernier qui a subi de graves blessures.

La camionnette à quatre roues motrices a été utilisée à la place d'une voiture de patrouille en raison des routes cahoteuses dans la réserve faunique.

La mort surveillait la 117

La trop grande confiance placée à l'endroit d'un fuyard... (Archives, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Archives, La Presse

La mort rôdait près de la route 117, entre la Réserve faunique La Vérendrye et Mont-Laurier, le 18 août 2015. Par un concours de circonstances chaotique, et encore difficile à expliquer, elle n'a fauché personne.

Ce soir d'août, après un orage, Daniel Guillemette, de St-George-de-Beauce, revenait de Kirkland Lake, en Ontario, avec un ami.

Entre 21 h 30 et 22 h, une camionnette de la Sûreté du Québec (SQ) a dépassé leur véhicule, sur la route 117 sud, près de Grands-Remous.

« On a suivi les policiers à 500 ou 1000 pieds, pendant cinq ou dix minutes. Un camion (trainant une remorque vide) allait vers le nord (dans le sens inverse). Tout d'un coup... Bang ! Paf ! La camionnette (de la SQ) est rentrée drette dans le truck. Ç'a pris deux secondes. »

M. Guillemette et son ami ont vu la camionnette de la SQ s'embourber dans la remorque, qui virevoltait dans tous les sens. Il a vu un des policiers être catapulté hors de la camionnette.

« J'ai dit à mon chum : "Enligne ça dans le bois, on n'est pas capables d'arrêter." Il m'a dit : "Je ne peux pas arrêter, c'est plein de garde-fous." »

Les deux hommes voulaient à tout prix éviter de heurter le corps du policier éjecté.

« On s'est arrêtés à trois pieds de la tête du policier », a témoigné M. Guillemette.

Le témoin a raconté cette troublante histoire lors du procès de Robert de L'Étoile, qui a débuté au début du mois à Maniwaki. Ce dernier est accusé de tentative de meurtre des deux policiers.

Selon la Couronne, le suspect a réussi à empoigner le volant du véhicule de la SQ pour provoquer cette violente perte de contrôle.

« Même nous, on a failli se faire tuer », a rajouté M. Guillemette. Une roue détachée de la camionnette est passée « à quatre pouces » de la vitre avant du véhicule du témoin.

Le camion-remorque s'est immobilisé 1500 pieds plus loin, selon le témoin.

M. Guillemette s'est porté à la rescousse du policier au sol, Guillaume Bernier. Ce dernier a fait un clignement des yeux pour montrer qu'il était conscient. Un couple de médecins, qui passait à cet endroit, s'est arrêté pour prodiguer les premiers soins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer