Morrisseau s'est débattue «avec vigueur»

Dix ans après avoir été assasinée sans que... (Étienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Dix ans après avoir été assasinée sans que le tueur ne soit arrêté, les proches de Kelly Morrisseau espèrent un dénouement dans l'enquête.

Étienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Kelly Morrisseau s'est débattue «avec vigueur» avant de mourir au bout de son sang. Travailleuse du sexe, enceinte de sept mois, la femme de 27 ans aurait quand même réussi à blesser son tueur, dans le stationnement P3 du parc de la Gatineau, le matin du 10 décembre 2006.

Samedi prochain marquera le triste 10e anniversaire de ce crime impuni.

Mercredi, le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a dévoilé de nouveaux éléments de l'enquête sur le meurtre de cette autochtone originaire du Manitoba, mère de trois enfants, qui survivait en vendant des services sexuels dans les environs du secteur Vanier, à Ottawa.

Le sergent Jean-Paul LeMay, du SPVG, confirme que l'agresseur a pu être blessé par arme blanche pendant son attaque. L'autopsie, dont certaines conclusions ont été rendues publiques mercredi, démontre que la victime «s'est défendue avec vigueur».

Itinéraire jusqu'à sa mort

Le soir du 9 décembre 2006, vers 22h, la jeune femme a été vue dans un appartement de la rue Cyr, à Ottawa. Puis, vers 4h du matin, on l'a aperçue quittant un autre appartement, sur la rue Montfort, cette fois avec le suspect.

Des témoins ont confié aux policiers que Kelly Morrisseau a suivi l'homme dans une voiture Oldsmobile Cutles Ciera ou Calais, des années 1985 à 1990. «La voiture semblait très bien entretenue à l'époque, malgré l'âge du véhicule. Probablement qu'aujourd'hui, cette voiture n'est plus en circulation», selon le sergent LeMay.

En 2006, le SPVG a publié un portrait-robot de celui qu'il considère encore comme le principal suspect. Le même homme et la même voiture ont été observés dans le secteur de Vanier, quelques jours avant le meurtre. Le suspect pourrait avoir sollicité d'autres prostituées avant et après le meurtre.

Les enquêteurs soulignent que le suspect aurait emprunté la voie autrefois réservée aux véhicules d'urgence reliant la promenade de la Gatineau et le boulevard Saint-Raymond. Cette voie n'existe plus aujourd'hui. Elle a été transformée en sentier et en piste cyclable.

Le stationnement P3 est situé sur la promenade de la Gatineau. La victime a été retrouvée dans une marre de sang par un marcheur avec son chien, dans le stationnement, vers 5h40, un peu en retrait de la promenade. Des rubans rappelant sa mémoire sont toujours attachés à un arbre.

La victime a rendu l'âme peu de temps après sa découverte, résultat de l'hémorragie dont elle a souffert pendant de longues minutes. Le SPVG parle de «multiples blessures.»

Ne pas oublier

Le sergent LeMay a rappelé qu'il était important «que Kelly ne tombe pas dans l'oubli» en ce dixième anniversaire.

Échec au crime et Jeunesse au Soleil offrent une récompense de 12 000 $ à quiconque peut faire débloquer l'enquête avec de nouvelles informations. «Un simple détail qui ne paraît pas important peu l'être pour nous. Dans le doute, il faut nous parler.»

La police espère que des gens qui gravitaient dans le monde interlope, en 2006, décident de parler une décennie plus tard, après avoir changé de style de vie, ou pour enfin avoir la conscience tranquille. «Dans ce milieu, la loi du silence prévaut, ajoute le sergent LeMay. Une personne peut aussi ne pas avoir parlé par crainte d'être identifiée ou d'être impertinente.»

Le portrait-robot du suspect n'a pas été modifié pour vieillir le suspect. Il s'agit de la même description fournie en 2006.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer