Des textos pour élucider un meurtre

Frederick 'John' Hatch a été vu vivant pour... (Courtoisie, PPO)

Agrandir

Frederick 'John' Hatch a été vu vivant pour la dernière fois le 16 décembre 2015, à Ottawa.

Courtoisie, PPO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Police provinciale de l'Ontario (PPO) marque une première au pays pour tenter d'élucider un meurtre survenu l'an passé, quelque part entre Ottawa et la région de Toronto. Au lieu de faire du porte-à-porte, la PPO enverra ce jeudi des messages textes à des milliers de propriétaires de téléphone cellulaire leur demandant s'ils ont été témoin du passage, près de chez eux, de la victime ou d'un suspect potentiel.

Ce sont plus de 7 500 messages SMS qui seront envoyés à autant d'abonnés, a fait savoir la PPO, mercredi.

« Aidez-nous à trouver le meurtrier de Frederick 'John' Hatch ». C'est ainsi que débutera le message, bilingue, envoyé par la police provinciale.

Cette façon de faire constitue « l'évolution » du traditionnel porte-à-porte des enquêteurs qui cherchent à élucider une scène de crime dans un voisinage donné.

Sauf que dans le cas du meurtre de « John » Hatch, la scène peut être si vaste que de faire du porte-à-porte est pire que de chercher une aiguille dans une botte de foin.

Si un citoyen croit en savoir plus sur le passage de la victime ou d'une personne suspecte, près de chez lui, il suffira de suivre le lien envoyé avec le message texte. L'abonné sera dirigé vers le site web de la PPO, où un questionnaire permettra aux enquêteurs d'en savoir plus. « Ce n'est pas une blague d'Halloween ni un poisson d'avril à l'avance », a dit le directeur du Service des enquêtes criminelles de la PPO, Dave Truax, mardi.

Originaire de Toronto, M. Hatch, 65 ans, vivait en bohémien, voyageait partout au Canada et dormait chez qui voulait bien l'héberger. Il avait l'habitude de voyager en auto-stop. Il a été vu vivant pour la dernière fois le 16 décembre 2015, près des chemins Hunt Club Ouest et Merivale, dans le secteur Nepean, à Ottawa.

Il a  aussi été vu près du commerce Dollar Tree, sur Hunt Club Ouest.

Son corps a été découvert près de la municipalité d'Erin, 450 kilomètres plus à l'ouest, le 17 décembre. Erin est situé à environ 80 kilomètres à l'ouest de Toronto.

La PPO dit n'avoir aucune idée de ce qui a pu se passer entre les deux localités.

Technique

La nouvelle technique d'enquête est une première au pays, selon Dave Truax. Les abonnés visés sont ceux dont l'appareil se trouvait à proximité de West Hunt Club et de Merivale, entre 12 h 30 et 15 h 30, le 16 décembre 2015.

La PPO a obtenu un mandat pour lancer cette opération à grande échelle. « Les numéros de téléphone demeureront confidentiels, et nous les garderons tout au long de l'enquête, explique le détective-surintendant Truax. Il se peut même que nous ayons dans cette liste le numéro de téléphone du tueur... Nous l'ignorons. La réponse à ce message texte est faite sur une base volontaire, mais nous demandons au public de collaborer. »

Les compagnies de téléphone ont dû fournir la liste de leurs abonnés concernés, en vertu du mandat judiciaire.

La victime n'avait pas d'adresse fixe, précisent les policiers. « Il était décrit comme une personne gentille, qui recevait sa pension, et qui voyageait à travers le Canada. Il lui arrivait aussi de passer la nuit dehors », a expliqué l'inspecteur-détective Andy Raffay, de la PPO.

« Peut-être qu'une personne a pris une photo, dans les environs, pendant cette période de temps, dit le détective-surintendant Truax. On ne sait jamais. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer