En mémoire de Maisy et Shannon

Le 6 septembre 2008, Maisy Odjick, 16 ans,... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Le 6 septembre 2008, Maisy Odjick, 16 ans, et Shannon Alexander, 17 ans, ont disparu sans laisser de traces. Depuis huit ans, silence radio: leurs familles n'ont reçu aucune nouvelle des deux ados.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles-Antoine Gagnon

Collaboration spéciale

Le Droit

Une soixantaine de personnes ont participé samedi à la sixième course/marche de la Première Nation de Kitigan Zibi Anishinabeg pour Maisy Odjick et Shannon Alexander, un événement annuel qui vise à sensibiliser la population au dossier de ces deux adolescentes disparues le 6 septembre 2008, en Haute-Gatineau.

L'activité sert aussi à amasser des fonds pour bonifier la récompense qui sera versée à quiconque fournira des informations permettant de trouver les disparues. Elles avaient toutes deux 16 ans la dernière fois qu'elles ont été vues vivantes, à Maniwaki, il y a maintenant huit ans de cela. Elles avaient tout laissé derrière elles, même leurs sacs à main. 

Maria Jacko, responsable de la campagne pour retrouver Maisy et Shannon, n'a pas l'intention de lâcher prise malgré le peu d'indices « Je veux que les gens sachent que nous devons quand même les trouver. Elles sont toujours portées disparues, et il faut continuer de sensibiliser la population au sujet de ces deux belles femmes. »

« Nous ignorons ce qui leur est arrivé. Sont-elles encore vivantes quelque part ? Je sais qu'elles ne se sont pas enfuies. Quelque chose d'horrible leur est arrivé. En augmentant le montant de la récompense, peut-être que ça déliera les langues. Quelqu'un sait quelque chose », croit Mme Jacko.

Les athlètes Nikkita Holder (athlétisme) et Caroline Calvé (planche à neige) ont participé aux activités de samedi, qui comprenaient des courses et des marches de 2 km, 5 km et 10 km.

Un véritable fléau

Le dossier des femmes disparues ou assassinées est une priorité des Premières Nations, a rappelé la communauté autochtone de Kitigan Zibi Anishinabeg.

Un rapport de la GRC de 2014 révélait 1181 cas de femmes autochtones disparues ou victimes de meurtre entre 1980 et 2012. 

L'enquête nationale sur le sujet qui est présidée par cinq commissaires, dont l'ancienne présidente de l'Association des femmes autochtones du Canada, Michèle Audette, a récemment entamé ses travaux.

La commission d'enquête a comme mandat d'examiner et de faire rapport sur les causes systémiques de la violence envers les femmes autochtones, et de se pencher sur diverses institutions, incluant les forces policières, les médecins légistes et les services d'aide à l'enfance.

Elle n'a cependant pas le pouvoir de contraindre les forces policières à rouvrir des enquêtes dont les conclusions sont contestées par les familles.

Collision frontale mortelle sur l'autoroute 50

Une violente collision frontale survenue samedi matin sur l'autoroute 50 à la hauteur de Grenville-sur-la-Rouge a fait deux victimes. Le face-à-face est survenu vers 7 h, près du kilomètre 233. Selon la Sûreté du Québec, il semblerait que la conductrice d'une automobile se dirigeant en direction ouest, qui était seule dans son véhicule, aurait dévié de sa trajectoire pour se trouver en sens inverse. Un impact d'une extrême violence est survenu avec un véhicule avec deux personnes à bord circulant en direction est. La première conductrice, âgée de 26 ans, a été transportée à l'hôpital, mais a succombé à ses blessures. La deuxième femme, âgée de 21 ans, est décédée à l'hôpital samedi soir, a indiqué la Sûreté du Québec. Un homme âgé d'une vingtaine d'années avec qui elle partageait son véhicule a été blessé ; il a reçu son congé de l'hôpital samedi. Toutes les victimes sont gatinoises. Elles n'ont pas été identifiées par la police, mais selon Radio-Canada, la femme de 26 ans se nommerait Elsa Loiseau et la femme de 21 ans, Élisabeth Brosda. L'autoroute 50 est restée fermée pendant plusieurs heures afin de permettre aux policiers de mener leur enquête.

LeDroit

Un motocycliste perd la vie dans le marché By

Un motocycliste de 31 ans a succombé à ses blessures à la suite d'une collision avec un véhicule utilitaire sport (VUS) survenue vendredi soir dans le marché By, à Ottawa. L'accident est survenu vers 18 h 45 sur la rue George, à l'angle de la rue Dalhousie. L'homme avait été transporté à l'hôpital dans un état critique. Le nom de la victime et son lieu de résidence n'ont pas été dévoilés par les autorités.

LeDroit

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer