Les rues de la région font une autre victime cycliste

La jeune cycliste de 23 ans n'a eu... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

La jeune cycliste de 23 ans n'a eu aucune chance après avoir été happée par un camion lourd en plein coeur du centre-ville d'Ottawa.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les rues de la région ont fait une autre victime cycliste. Cette fois, une collision a tué une femme de 23 ans, restée prise sous les roues d'un camion de construction, à l'intersection de la rue Lyon et de l'avenue Laurier, à Ottawa, en pleine heure de pointe matinale.

La police d'Ottawa a été présente sur la... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 1.0

Agrandir

La police d'Ottawa a été présente sur la scène pendant une bonne partie de la journée afin de faire la lumière sur la tragédie.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Le bilan s'alourdit: on compte cinq collisions impliquant un véhicule et un vélo dans la capitale cette semaine. C'est sans compter l'impact qui a tué un adolescent de 13 ans, lundi, sur la route 148, à Lochaber, de l'autre côté de la rivière des Outaouais.

Kerly Volpe, une cycliste âgé d'une soixantaine d'années, regardait la scène de l'accident mortel jeudi matin. «Si jeune... Il faut toujours circuler sur la défensive au centre-ville.»

La victime est entrée en collision avec un camion de construction de la compagnie Tomlinson vers 7h50. Le poids lourd semble avoir entamé un virage à droite, depuis Laurier vers Lyon, lorsque la collision s'est produite.

La police d'Ottawa a été présente sur la scène pendant une bonne partie de la journée afin de faire la lumière sur la tragédie. Jeudi soir, on ignorait toujours si la cycliste avait percuté le camion sans l'avoir vu tourner ou si le camionneur avait entamé un virage sans apercevoir la victime rouler dans sa direction. Les autorités étaient toujours à la recherche de témoins pour connaître le portrait global de l'incident en fin de journée.

Le virage à droite au feu rouge est interdit à cet endroit.

Des pistes cyclables sont aménagées des deux côtés de l'avenue Laurier et une bande verte dédiée aux cyclistes est sensée protéger le couloir des cyclistes au sein même de l'intersection. «C'est quand même dangereux ici», dit Mme Volpe.

Le décès de la jeune fille a été constaté sur place par les paramédics d'Ottawa.

«J'ai entendu un impact, puis je suis me suis sorti la tête de la fenêtre pour voir ce qui venait de se produire», raconte Ali Motajhi, qui a observé la scène du sixième étage d'une tour d'habitation voisine. «Je l'ai vue. Elle était en dessous... Je n'ai pas vu de casque.»

Selon la CBC, la victime est Nusrat Jahan, la fille d'un diplomate du haut-commissariat du Bangladesh. Elle étudiait au collège Willis, au centre-ville d'Ottawa. La PDG de l'établissement, Rima Aristocrat, a d'ailleurs exprimé ses condoléances sur les médias sociaux jeudi.

Une semaine noire 

La semaine est misérable pour les cyclistes de la région. Six collisions ont eu lieu, incluant celle survenue en Outaouais ces derniers jours.

Deux personnes ont été grièvement blessées et deux autres, incluant la victime de jeudi, y ont laissé leur vie.

Lundi matin, un homme dans la quarantaine a été frappé par une voiture, près de la rue Donald et de la promenade Vanier. Il se trouvait dans un état critique à l'arrivée des paramédics. Mardi, un homme de 68 ans a aussi été conduit à l'hôpital dans un état critique après avoir été heurté par un VUS à l'intersection des chemins Ogilvie et Cyrville. Lundi soir, Stéphane Labelle, 13 ans, a été happé mortellement par une camionnette, sur la route 148, à Lochaber, en Outaouais.

La goutte qui fait déborder le vase

Plusieurs gerbes de fleurs ont été déposées à... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Plusieurs gerbes de fleurs ont été déposées à quelques mètres du lieu où est survenu l'accident mortel de jeudi.

Etienne Ranger, LeDroit

«Assez, c'est assez!»

Comme des centaines de cyclistes, le conseiller municipal Jeff Leiper, du quartier Kitchissippi, a réagi rapidement et fortement à la mort d'une femme de 23 ans, jeudi matin. Une centaine de personnes ont répondu à son appel lancé sur Twitter et se sont présentées devant l'hôtel de ville d'Ottawa pour manifester leur colère.

«Ce matin, une femme est décédée sur une infrastructure censée être l'une des plus sûres de la ville pour les cyclistes.»

Cette infrastructure dont parle le conseiller Leiper est le corridor réservé aux vélos sur l'avenue Laurier, coin Lyon, au centre-ville.

«Honte!» a clamé la foule mobilisée, qui en a assez de voir des cyclistes blessés ou tués dans les rues d'Ottawa.

«Je circule tous les matins à cet endroit, a clamé le politicien en colère. Je ne sais pas ce qui est exactement arrivé ce matin, mais je reçois beaucoup de courriels, depuis des mois, et vous me dites que vous ne vous y sentez pas en sécurité, non plus. Assez, c'est assez!»

Des drames banalisés, dénonce la conseillère McKenney

«On banalise les morts de piétons et de cyclistes», ajoute sa collègue du secteur Stittsville, Catherine McKenney. «Nous irons bientôt voter notre budget municipal. Appelez vos conseillers. Dites-leur que vous voulez que la Ville paye pour des rues plus sûres.»

Les deux politiciens ont émis l'idée d'interdire tous les virages à partir de l'avenue Laurier, de réduire les limites de vitesse, «d'enlever les camions du centre-ville», et de prévoir des feux de circulation séparés pour les voitures et les vélos.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer