Textos au volant: enquête et vidéo virale

On voit la femme ignorer complètement le motocycliste... (Facebook)

Agrandir

On voit la femme ignorer complètement le motocycliste qui cogne à sa fenêtre.

Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bien qu'il soit trop tôt pour parler d'accusations criminelles, la police d'Ottawa confirme étudier toutes les possibilités dans son enquête sur un incident impliquant un motocycliste et une automobiliste, dont les images ont fait le tour du monde.

Une vidéo publiée par le motocycliste Erik Hanna, vendredi dernier, a été vue plus d'un million de fois et partagée plus de 18 000 fois sur Facebook.

Équipé d'une caméra sur son casque, l'homme tente d'interpeller une femme qui texte au volant d'un véhicule utilitaire sport (VUS).

La scène s'est produite vendredi matin dans le secteur du chemin Baseline et de l'avenue Woodroffe, près du collège Algonquin.

On voit la femme ignorer complètement le motocycliste qui cogne à sa fenêtre. Le jeune homme tente de lui faire comprendre que sa conduite est dangereuse.

Dans la vidéo devenue virale, on voit plus tard que la conductrice freine pour bloquer le chemin de la moto, et circule de façon à lui couper la voie.

«On n'enquête pas cela comme un cas de rage au volant, explique Marc Soucy, de la police d'Ottawa. Pour l'instant, on s'enligne sur la conduite automobile, le cellulaire au volant. L'incident fait encore l'objet d'une enquête, mais si on détermine que la conduite était volontairement dangereuse, oui, ça peut mener (à des accusations) au criminel.»

La conductrice a été identifiée et la police dit pouvoir utiliser la vidéo comme preuve dans son enquête.

L'agent Soucy n'encourage pas les conducteurs à filmer à tout prix des gens au comportement erratique. «Par contre, si une personne au volant prend son cellulaire pour appeler le 9-1-1 parce que la sécurité du public est en jeu, comme dans une zone scolaire ou un endroit achalandé, nous ne donnerons pas de contravention. Dans le cas qui nous occupe, l'individu a une caméra de type GoPro. Il a les mains libres.»

Le policier se dit lui-même surpris du comportement de la dame au volant de son VUS. «C'est maintenant partout dans les médias.»

À elle seule, une contravention pour utilisation du cellulaire au volant vaut 490$ et trois points d'inaptitude en Ontario.

Pas la première fois, raconte le motocycliste

Malheureusement, le motocycliste Erik Hanna observe quotidiennement des automobilistes tenir le cellulaire d'une main et le volant de l'autre.

«À presque tous les coins de rue, précise M. Hanna. Lorsque je vois des automobilistes tenir le cellulaire, je cogne à leur fenêtre pour leur rappeler que c'est dangereux. Presque toujours, les gens me sourient, réalisent la gravité de leur geste, et me font un petit signe poli en mettant leur cellulaire de côté. Je ne fais pas cela pour leur faire peur ou les engueuler. À moto, il faut conduire pour soi, et les autres...»

L'Ottavien est le premier surpris du succès de sa vidéo sur les médias sociaux et traditionnels. «C'est complètement fou!» s'exclame-t-il. «Je ne m'y attendais pas. Tout le monde m'appelle et visite ma page.»

Vendredi, M. Hanna circulait sur l'avenue Woodroffe lorsqu'il a interpellé la femme qui textait au volant. «Elle a barré sa portière, ne m'a jamais parlé et a poursuivi sa route. C'était assez frustrant, mais je suis resté calme. Lorsqu'elle a freiné pour me barrer le chemin, j'ai eu peur. Si elle avait baissé sa fenêtre tout de suite pour me parler et mettre son cellulaire de côté, je n'aurais même pas mis cette vidéo en ligne.»

Selon Erik Hanna, le comportement de la femme, qui freine et entrave la route du motocycliste «est absolument criminel».

L'enquête policière se poursuit. Lundi, aucune accusation n'avait encore été déposée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer