Prisonnier de sa bétonnière

Une bétonnière s'est renversée dans le secteur Edelweiss.... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Une bétonnière s'est renversée dans le secteur Edelweiss.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une bétonnière chargée a fait une folle embardée dans le secteur Edelweiss, mardi matin, gardant prisonnier son conducteur pendant près de cinq heures.

Le conducteur du poids lourd circulait vers l'ouest, vers 11h, lorsqu'il a raté une courbe prononcée de la route 366, près du centre de ski et du terrain de golf Edelweiss.

Le véhicule a fait une sortie de route d'environ 150 mètres après avoir quitté la 366, traversant un champ, rebondissant sur le chemin de la Montagne, faisant un tonneau, puis terminant sa course folle dans un autre champ. Les herbes écrasées à l'intersection des deux artères témoignaient d'ailleurs de la longue sortie de route.

Le camion s'est immobilisé dans une très fâcheuse position pour le conducteur.

La victime a été libérée de son habitacle vers 15h30. L'homme dans la cinquantaine était conscient, et capable de parler aux pompiers et policiers pendant toute l'opération. On craignait au départ des blessures très sérieuses.

En fin d'après-midi, des informations préliminaires laissaient entendre que le miraculé n'avait même pas un bras cassé, et qu'il s'en tirerait simplement avec la peur de sa vie.

«Les jambes étaient prises à un endroit, les bras à un autre, a résumé le porte-parole de la police de la MRC des Collines-de-l'Outaouais, Martin Fournel. La position du conducteur le rendait difficile à atteindre.»

Les pompiers de Gatineau sont venus en renfort auprès de leurs collègues de La Pêche. les paramédics de l'Outaouais et kes policiers de la MRC ont aussi donné un coup de main, tout comme des employés municipaux appelés à retourner le véhicule avec une pelle mécanique.

Finalement, les secouristes ont «découpé» le camion pour libérer la victime, qui était coincée en trois ou quatre endroits différents.

La chaleur a guetté la victime et les intervenants toute la journée.

La courbe, jugée dangereuse par les habitués de... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 4.0

Agrandir

La courbe, jugée dangereuse par les habitués de l'endroit et certains policiers, est empruntée par nombreux camions.

Patrick Woodbury, LeDroit

La vitesse maximale sur ce tronçon de route est de 70 km/h. «Nous avons des témoins à rencontrer. Ça fera partie intégrante de l'enquête», a affirmé l'agent Fournel.

La courbe, jugée dangereuse par les habitués de l'endroit et certains policiers, est empruntée par nombreux camions. «En 20 ans au service, dit le porte-parole de la police, c'est la première fois qu'on voit une sortie de route du genre. L'hiver, il y a bien d'autres sorties de route, mais l'été, surtout avec une bétonnière remplie, c'est assez inusité.»

Puisque le transport a été impossible pendant des heures, les secouristes ont demandé qu'un urgentologue et un orthopédiste se déplacent sur le lieu de l'accident, en vain.

Le transport à l'hôpital a eu lieu vers 15h30. Le patient semblait être dans un état stable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer