Nouvel incident sur le croissant Jasmine

L'un des deux individus arrêtés mardi matin dans... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

L'un des deux individus arrêtés mardi matin dans un édifice à logements du croissant Jasmine, escorté par un policier, les menottes aux poignets.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Service de police d'Ottawa (SPO) a procédé à l'arrestation de deux hommes, mardi matin, à la suite d'un coup de feu tiré dans un édifice du croissant Jasmine.

L'escouade tactique et une équipe de négociateurs ont... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 1.0

Agrandir

L'escouade tactique et une équipe de négociateurs ont été dépêchés sur les lieux.

Patrick Woodbury, LeDroit

Peu après 8h, un coup de feu a été tiré dans le plancher d'un appartement du quatrième étage, traversant le plafond de l'unité du dessous. Personne n'a été blessé.

L'escouade tactique et une équipe de négociateurs ont été dépêchés sur les lieux. 

Les deux individus ont été transportés dans des voitures de police, les menottes aux poignets, vers 9h45. Aucune accusation n'a encore été portée contre eux. Ils étaient toujours détenus mardi en fin d'après-midi.

Plusieurs résidents du 1993, croissant Jasmine ont été évacués pendant l'opération policière. Certains occupants des lieux, qui ont été réveillés par les policiers, ont indiqué avoir eu peur. Ils ont pu regagner leur logement peu avant 10h. 

Aucune arme n'a été trouvée sur les lieux, mardi après-midi. La police poursuit son enquête.

Pas la première fois

Les policiers sont intervenus à plus d'une prise dans ce quartier du secteur Gloucester, dans l'est d'Ottawa. Trois meurtres ont eu lieu sur le croissant Jasmine depuis un peu plus d'un an.

Le secteur n'est «pas un quartier différent des autres à Ottawa», souligne toutefois Charles Benoit, porte-parole du SPO. Il indique que plusieurs incidents similaires se produisent sur tout le territoire de la capitale fédérale.

«Les incidents survenus concernent les individus qui étaient là. Ce n'est pas à cause de la communauté, mais plutôt des individus», ajoute-t-il.

Dans une lettre ouverte publiée en mars dernier, le chef Charles Bordeleau rappelait que le SPO «a accru sa mobilisation dans cette communauté» à la suite des trois meurtres.

Le conseiller de Beacon Hill-Cyrville, Tim Tierney, a d'ailleurs discuté avec des membres de la communauté afin de les rassurer après les événements survenus mardi.

«Au cours des derniers mois, nous avons eu des rencontres mensuelles avec la communauté et nous allons poursuivre notre collaboration. Les événements ne nous empêcheront pas d'avancer avec la tâche énorme qui est devant nous», a-t-il commenté.

Le conseiller avait tenu une rencontre en mars dernier, après le meurtre de Nooredin Hassan, afin de discuter et trouver des moyens pour combattre la violence dans le secteur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer