Des sauts dangereux au pont couvert de Wakefield

Le pont couvert de Wakefield... (Wikimedia Commons)

Agrandir

Le pont couvert de Wakefield

Wikimedia Commons

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les téméraires en quête de sensations fortes qui sautent depuis le pont couvert de Wakefield sont de plus en plus nombreux, malgré la réglementation municipale l'interdisant. Une situation que déplore la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l'Outaouais.

Pas plus tard que dimanche dernier, les policiers ont remis deux constats d'infraction à des personnes ayant sauté dans la rivière Gatineau. Les contrevenants ont reçu une amende de 271$.

Bon an mal an, une vingtaine de contraventions sont remises à des amateurs de sensations fortes lors de la saison estivale. 

«Ce n'est pas rare de voir plus de 100 personnes au pont par une belle journée d'été, souligne Martin Fournel, porte-parole de la police de la MRC des Collines. C'est devenu une problématique à différents égards, au niveau de la sécurité, de la consommation de boisson et de stupéfiants, de la nuisance publique et du bruit.»

Le service de police porte un oeil attentif à la situation depuis les cinq dernières années lorsqu'il a constaté une hausse fulgurante de gens se rendant au pont pour sauter dans la rivière. 

M. Fournel ne rapporte aucun incident ayant entraîné la mort d'individu ayant sauté du pont au fil des années. 

L'agent tient à rappeller qu'il est interdit de sauter du pont, mais qu'il est toujours permis de se baigner au pied de celui-ci, où se trouve une roche accueillant de nombreuses personnes lors des journées chaudes.

Une noyade en septembre dernier

Rappelons qu'un étudiant africain du Collège Algonquin s'était noyé alors qu'il se baignait sur le site, le 3 septembre 2015. Le service de police de la MRC des Collines-de-l'Outaouais a reçu le rapport du coroner lundi dernier.

La victime, qui était en état d'ébriété, avait un taux d'alcool de 350 mg par 100 ml de sang. À titre comparatif, la limite permise par la loi pour conduire un véhicule est de 80 mg. «C'est impossible de nager avec autant d'alcool dans le sang. C'est ce genre de clientèle qui se rend au pont présentement et c'est dangereux», explique M. Fournel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer