Inconduite sexuelle: la GRC présente des excuses

Bob Paulson a présenté des excuses au nom... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Bob Paulson a présenté des excuses au nom de la GRC pour une série d'inconduites sexuelles survenue au Collège canadien de la police (CCP), à Ottawa.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le commissaire de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) présente ses «excuses sincères à toutes les personnes touchées» par une série d'inconduites sexuelles survenue au Collège canadien de la police (CCP), qui a pignon sur rue à Ottawa.

Le commissaire Bob Paulson a fait cette déclaration, en son nom et en celui de toute l'organisation, dans un rapport publié jeudi.

Le 9 février dernier, un ancien employé du Groupe de la formation aux explosifs (GFE) lui a écrit pour lui faire part de son inquiétude quant au comportement de deux ex-collègues du CCP.

Selon l'ex-employé, le sergent d'état-major Bruno Solesme et le membre civil Marco Calandrini avaient fait du harcèlement et posé des gestes de nature sexuelle pendant un an et demi, entre le 1er juin 2012 et le 31 décembre 2013. Le plaignant était préoccupé parce que les deux étaient retournés au travail sans trop de conséquences.

La GRC, dans son rapport, s'autocritique sévèrement. Elle concède qu'en plus des comportements intolérables, la situation s'est envenimée à cause du «manque de leadership des dirigeants de la GRC et l'inefficacité systémique des deux régimes disciplinaires, l'ancien et le nouveau, ainsi que des pratiques de gestion des ressources humaines dans le redressement de la situation».

La police fédérale dit appuyer «sans réserve les constatations» et accepte la série de 28 recommandations faite par le comité directeur pour améliorer le climat de travail à la GRC.

«Le commissaire de la GRC et l'organisation dans son ensemble présentent leurs excuses sincères à toutes les personnes touchées», lit-on.

Selon le rapport, plusieurs facteurs ont provoqué «des perceptions erronées quant à la gravité et à l'ampleur des inconduites».

Les gestes reprochés allaient de la nudité au harcèlement sexuel et à l'intimidation.

Une première plainte avait été faite le 15 avril 2014, à propos d'employés nus, pendant les heures de travail, et de l'envoi de photos de fesses d'un instructeur.

Le Collège canadien de la police est situé sur le chemin Sandridge, à Ottawa

La GRC soutient qu'elle doit continuer à renforcer et à promouvoir le bien-être en milieu de travail, et doit donc s'assurer que ses employés seront protégés contre le harcèlement et qu'ils feront confiance aux mécanismes établis à l'interne pour régler les cas d'inconduite. La GRC lance donc une initiative nationale afin «d'éradiquer» l'inconduite sexuelle en milieu de travail.

Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer