En bref

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les faits divers du jour, en quelques mots.

Un voleur de pneus arrêté

Un voleur de pneus qui s'est fait rouler par la police de Gatineau doit répondre à cinq accusations de vol et d'introduction par effraction. Après plus d'un mois d'enquête, le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a mis la main au collet de Robert Lapierre, 43 ans, le 6 juillet dernier. Le suspect était dans le stationnement d'un commerce de la rue St-Louis. Selon les premières informations du SPVG, l'individu stationnait sa Honda Civic bleue dans les entrées de ses victimes, sonnait aux portes pour savoir si quelqu'un s'y trouvait, puis s'introduisait dans les garages et cabanons. D'autres accusations pourraient être déposées contre l'individu, qui pourrait avoir fait d'autres victimes.

Drame au bord d'une piscine de Gatineau

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 4.0

Agrandir

Patrick Woodbury, LeDroit

Un homme de 32 ans est mort dans une piscine de Gatineau, mardi matin. La police de Gatineau a envoyé des enquêteurs au 332, rue P-Labine, près du boulevard Labrosse, où elle a été appelée à 9h43. Ce sont les occupants de la résidence où se trouve la piscine qui ont alerté les secouristes. Des manoeuvres de réanimation ont rapidement été entamées. La victime, transportée à l'hôpital, n'a jamais repris connaissance. Son décès a été confirmé par les autorités, peu avant midi. La thèse du malaise ou de la noyade n'a pas été confirmée officiellement. Le coroner enquêtera pour déterminer la cause exacte du décès.

Des fraudeurs qui prétendent travailler pour le fisc

La Sûreté du Québec sonne l'alarme au sujet d'un stratagème de fraude existant en Outaouais et ailleurs au Québec. Plusieurs cas ont été signalés ces dernières semaines. Les malfaiteurs allèguent qu'ils sont des employés de l'Agence du revenu du Canada (ARC). Au téléphone, ils expliquent à leurs interlocuteurs qu'ils doivent un montant d'argent et qu'un paiement doit être fait rapidement afin d'éviter d'être arrêtés par les policiers. La victime doit aller porter l'argent dans un bureau de change de la région. L'ARC ne fait jamais ce genre de chose. Les agences gouvernementales procèdent en envoyant des avis de cotisations par courrier et non par téléphone.

Deux témoins recherchés par la police à Ottawa

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Courtoisie) - image 7.0

Agrandir

Courtoisie

Le Service de police d'Ottawa (SPO) demande l'aide de la population afin d'identifier deux hommes qui se trouvaient sur les lieux d'une collision survenue le 27 juin dernier, vers 17h50, sur la voie Foxhall, à Ottawa. La Section des enquêtes de la division Ouest du SPO demande à quiconque disposerait d'informations à propos de ces deux témoins de communiquer avec les autorités en appelant le détective Chris Botchar au 613-236-1222 (poste 2642). Le SPO rappelle qu'il est possible de fournir anonymement des renseignements par la voie d'Échec au crime en composant sans frais le 1-800-222-8477 ou en téléchargeant l'application gratuite de la Police d'Ottawa.

Accusations abandonnées contre Patrick Brazeau

Les accusations de fraude et d'abus de confiance pesant sur le sénateur Patrick Brazeau seront retirées, a indiqué la CBC, mardi soir.

Si tel était le cas, M. Brazeau pourrait reprendre son siège au sénat, a indiqué un porte-parole de la Chambre haute.

M. Brazeau devait revenir en cour mercredi matin. Il était le dernier sénateur impliqué dans le scandale qui avait secoué l'institution en 2013.

Mike Duffy a été acquitté des 31 chefs d'accusation portés contre lui en avril dernier. Il avait accepté un chèque de 90 000 $ de l'ex-chef de cabinet de Stephen Harper, Nigel Wright, pour rembourser des allocations au Sénat.

Puis, en mai, la GRC a annoncé qu'elle ne porterait aucune accusation criminelle contre sa collègue Pamela Wallin. Le lendemain, le sénateur libéral à la retraite Mac Harb voyait les accusations de fraude et d'abus de confiance contre lui retirées. Au moment du retrait de ces accusations, l'avocat de Patrick Brazeau, Christian Deslauriers, avait confié avoir bon espoir de voir le cas de son client se régler de la même façon.

M. Brazeau a été suspendu du Sénat pour avoir touché des allocations de logement et de déplacement auxquelles la chambre haute a jugé qu'il n'avait pas droit. Le sénateur québécois de 41 ans avait affirmé au Sénat que sa résidence principale était située à Maniwaki, alors qu'il louait une maison à Gatineau. 

Bien que toujours suspendu, M. Brazeau a pu toucher à nouveau son salaire au moment du déclenchement de la campagne électorale, en août dernier. Son salaire était toutefois saisi pour le remboursement d'environ 50 000 $ en allocations jugées illégitimes. M. Brazeau a fini de rembourser cette dette.

D'autres démêlés

Le sénateur connaît toutefois d'autres démêlés avec la justice. La semaine dernière, il a plaidé non coupable d'avoir refusé de se soumettre à un alcootest, pour un incident survenu le 3 avril. Ce dossier a été repoussé au 26 octobre. Il est également accusé de garde et contrôle d'un véhicule avec les capacités affaiblies pour un événement remontant à 2014.

M. Brazeau a toutefois obtenu en octobre dernier l'absolution inconditionnelle pour la cause qui avait provoqué son expulsion du caucus conservateur.

Le sénateur a accepté de plaider coupable aux chefs d'accusation de voies de fait simples et de possession simple de cocaïne, après que celui d'agression sexuelle eut été retiré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer