Héroïne à 12 ans

Annaka Boucher, 12 ans, a sauvé son petit... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Annaka Boucher, 12 ans, a sauvé son petit frère et sa petite soeur en procédant à leur évacuation lorsqu'un incendie a éclaté dans un grille-pain, mardi, dans le quartier Navan à Ottawa.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La préparation de deux petites rôties aurait pu virer au cauchemar pour une famille du quartier Navan, n'eût été le sang-froid démontré par l'aînée de 12 ans, qui a rapidement évacué son frère et sa soeur en constatant la présence de fumée.

Annaka Boucher, qui fêtera sous peu son 13e anniversaire, gardait son frère de dix ans, Zachary, et sa soeur Véronica, cinq ans, mardi, lorsque le déjeuner a pris une tournure imprévue.

« J'ai mis des tranches de pain dans le grille-pain pour me faire à déjeuner, et même pas deux minutes plus tard, l'alarme à feu a commencé à sonner, a calmement raconté la jeune fille au Droit. Quand ça a sonné, j'ai réalisé que ça sentait la fumée, comme le caoutchouc brûlé, donc pour être en sécurité, j'ai pris ma petite soeur, j'ai appelé mon petit frère qui descendait déjà les escaliers, et on est sortis. »

Visiblement très mature pour son âge - ce que confirment ses parents -, Annaka estime avoir été en mesure de garder son calme grâce aux exercices d'évacuation réalisés en famille. Sa mère confirme d'ailleurs que le plan à suivre en cas d'urgence est révisé chaque année.

« J'ai essayé de pas trop paniquer, je me disais "OK, on contrôle la situation", parce que je savais que si je commençais à paniquer, ça n'allait pas fonctionner, raconte Annaka. Si tu paniques, tu fais juste perdre du temps, donc j'ai suivi le plan qu'on avait établi, d'aller chez les voisines et de ne pas essayer de sortir les chats. »

La voisine chez qui les trois enfants se sont présentés a voulu aller constater l'état de la maison, mais s'est rapidement ravisée et a composé le 911. « Ça faisait seulement trois ou quatre minutes qu'on était sortis de la maison, et quand ma voisine a ouvert la porte, il y avait de la fumée qui sortait de partout », a indiqué Annaka, une élève de l'école secondaire publique Gisèle-Lalonde.

Les pompiers sont arrivés rapidement, et ont été en mesure de sauver les deux chats de la famille.

La famille s'attend à devoir habiter ailleurs pour environ deux mois. Les flammes n'ont ravagé qu'une partie de la cuisine, mais le reste de la maison a été atteint par l'eau et la fumée. En tout, les dommages sont évalués à 150 000 $.

À quelques mètres de la maison d'où émanait toujours une forte odeur de fumée, mercredi, Annaka se montrait toutefois philosophe devant l'ampleur des dommages.

« Une fois dehors, je savais qu'on était tous en sécurité. Le reste, c'est juste des affaires. »

Un point de vue partagé par les parents, bien fiers de leur grande fille.

L'importance d'un plan d'évacuation

Annaka a sauvé sa soeur Véronica et son... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Annaka a sauvé sa soeur Véronica et son frère Zachary.

Patrick Woodbury, LeDroit

L'évacuation réalisée avec brio par une jeune fille de 12 ans, mardi dans le quartier Navan, est l'occasion idéale pour les pompiers d'Ottawa de rappeler l'importance d'avoir un plan d'urgence bien établi et de s'exercer à le mettre en pratique avec les enfants.

La porte-parole du Service des incendies d'Ottawa, Danielle Cardinal, n'a pas hésité à qualifier d'exemplaire la réaction qu'a eue Annaka Boucher en évacuant calmement son frère et sa soeur lorsque le détecteur de fumée s'est mis à sonner dans la résidence familiale. « On est vraiment ravis des actions rapides d'Annaka », a mentionné Mme Cardinal.

Elle invite d'ailleurs toutes les familles n'ayant pas encore conçu un plan d'évacuation à s'y attarder, en rappelant que les malheurs n'arrivent pas qu'aux autres, comme en témoigne le brasier ayant éclaté dans un grille-pain, mardi, chez les Boucher.

Annaka a également suivi la consigne de ses parents en ne cherchant pas à sauver les chats de la famille avant de procéder à l'évacuation avec son frère et sa soeur. « Souvent, on sait que c'est difficile pour les gens de sortir sans leurs animaux domestiques, mais nous, on veut rappeler aux gens que les pompiers sont bien équipés dans la fumée et les flammes pour aller chercher les animaux », souligne Danielle Cardinal. Il est donc conseillé de ne prioriser que les vies humaines, pour ensuite avertir les pompiers, dès leur arrivée, de la présence d'animaux à l'intérieur. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer