Six ans plus tard, accusé d'homicide involontaire sur un bébé

Une affaire vieille de six ans revient hanter un homme d'Ottawa, accusé... (Photo courtoisie)

Agrandir

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une affaire vieille de six ans revient hanter un homme d'Ottawa, accusé mercredi de l'homicide involontaire d'un bambin de 15 mois en 2010.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a arrêté un homme de 29 ans. Tyler Hunt a comparu jeudi, et obtenu sa liberté provisoire en attendant la suite des procédures judiciaires, remises au mois de septembre. Il a payé une caution de 1 000$, avant de quitter rapidement le palais de justice de Gatineau.

Les événements remontent au 15 juin 2010. Les services d'urgence, appelés dans une résidence de Gatineau, ont tenté de réanimer l'enfant, jusqu'à l'hôpital. Le décès a été constaté au Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario, le 16 juin 2010, environ 24 heures après l'appel initial.

«À première vue, explique le sergent Jean-Paul LeMay, du SPVG, l'enfant décédé ne présentait aucun signe de violence physique. L'autopsie et les expertises médicolégales pratiquées par la suite n'avaient alors pas permis d'établir avec exactitude la cause du décès de l'enfant. En 2014, les enquêteurs ont demandé à un pédiatre-neurologue expert et formateur en violence physique d'effectuer une révision du dossier. L'avancement des connaissances et la littérature médicale des dernières années ont amené un nouvel éclairage au dossier : les experts consultés en sont venus à la conclusion unanime que la mort de l'enfant était due à un traumatisme crânien fatal non accidentel.»

L'Ottavien n'a pas d'antécédents judiciaires connus à Gatineau. Il est demeuré impassible dans le box des accusés, après avoir passé la nuit au poste de police, où il avait préalablement subi son interrogatoire.

Il semble que la police de Gatineau n'avait pas tous les éléments nécessaires pour terminer son enquête, en 2010. Des éléments concernant la chronologie des événements, et la précision de l'heure du traumatisme subi par la petite victime ont levé le voile sur cette affaire, et relancé l'enquête.

L'identité de l'enfant décédé n'a pas été révélée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer