De l'aide gratuite pour les victimes d'agression sexuelle

Toute personne de 16 ans et plus ayant... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Toute personne de 16 ans et plus ayant été victime d'une agression sexuelle sur le territoire de l'Ontario peut désormais se confier à une équipe d'avocats et de conseillers.

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les victimes d'agression sexuelle dans les villes d'Ottawa, de Toronto et de Thunder Bay bénéficient, depuis mardi, d'un projet pilote d'aide et d'information juridique, jusqu'en mars 2018.

« Les survivant(e)s d'agression sexuelle doivent savoir qu'ils ont des choix et du pouvoir, a fait valoir le député d'Ottawa-Centre et nouveau procureur général de l'Ontario, Yasir Naqvi. Ce projet leur permet d'avoir de l'information et un réel appui du même coup. »

Le gouvernement ontarien évaluera l'efficacité du programme pendant la période d'essai.

Toute personne de 16 ans et plus ayant été victime d'une agression sexuelle sur le territoire de l'Ontario peut désormais se confier à une équipe d'avocats et de conseillers. Les intervenants offrent jusqu'à quatre heures de consultation en personne ou par voie téléphonique.

Ces intervenants n'ont pas le mandat de représenter les victimes au palais de justice. D'ailleurs, leur travail est bien différent des procureurs de la Couronne affectés aux dossiers d'agressions sexuelles, a précisé Me Meaghan Cunnigham, procureure dédiée à ce type de dossiers pour la région de l'Est ontarien.

La députée d'Ottawa-Vanier, Madeleine Meilleur, occupait les fonctions de son collègue jusqu'à tout récemment. Elle était aussi présente lors de l'annonce à Ottawa, mardi matin.

En français

Le service, offert dans plusieurs langues dont le français, est disponible 24 heures par jour, 7 jours par semaine.

L'accès aux services judiciaires en français a d'ailleurs été souligné comme une priorité par la députée Meilleur. Prenant l'exemple du palais de justice d'Ottawa, l'ex-ministre déléguée aux Affaires francophones a avoué qu'il y avait encore beaucoup de travail à faire à ce chapitre.

« On pensait que le palais de justice était très bilingue, a dit Mme Meilleur, en marge de la conférence. Bien non. À ma grande surprise, ce n'était pas bilingue du tout. »

Le commissaire aux services en français, François Boileau, a d'ailleurs commenté la situation, dans son plus récent rapport annuel. Selon Mme Meilleur et le commissaire, il faut plus de juges, de procureurs et d'employés bilingues, au palais de justice d'Ottawa.

« Il y a du progrès, et je vois aussi beaucoup de bonne volonté de l'association des juristes et de l'Université d'Ottawa. »

Le numéro de la ligne d'aide pour les victimes d'agression sexuelle est le 1-855-226-3904.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer