L'ado happée en vélo est décédée

L'accident mortel s'est produit à l'intersection du chemin... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

L'accident mortel s'est produit à l'intersection du chemin Blanchette et du boulevard Lorrain.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'adolescente de 13 ans happée par une voiture, mardi, à Gatineau, a succombé à ses blessures.

La conductrice de l'automobile impliquée, une femme de 20 ans, n'a pas pu éviter la victime. Il semble, selon des résidents de l'endroit, que la jeune cycliste s'apprêtait à traverser le boulevard Lorrain à l'intersection au moment fatidique, vers 17h25. Une voiture aurait ralenti pour tourner à gauche sur le chemin de Chambord, une sorte de prolongement du chemin Blanchette. La conductrice impliquée aurait bifurqué légèrement derrière cette voiture pour poursuivre sa route sur Lorrain, mais elle a heurté la jeune victime.

La police de Gatineau a par ailleurs indiqué qu'aucune accusation de nature criminelle ne serait déposée. Les autorités n'ont pas confirmé l'identité de la victime, jeudi.

La victime hospitalisée depuis mardi au CHEO.

La vitesse maximale sur boulevard Lorrain est de 70 km/h. Il n'était pas rare, lors du passage du Droit jeudi, d'y voir des poids lourds circuler à des vitesses bien supérieures.

Une croix portant la mention «RIP Élizabeth» a été plantée sur la scène du drame. 

Un résident du quartier, Marc Chénier, s'est arrêté quelques instants sur les lieux, jeudi. Il a fait remarquer combien la vitesse était élevée, et combien la circulation était lourde sur l'étroit boulevard.

Le boulevard Lorrain relie Gatineau à Val-des-Monts. L'est de la ville est en plein développement, et la population ne cesse d'augmenter. Lorrain prend des allures de route campagnarde avec une circulation urbaine. «Et il n'est que 15h», lance M. Chénier.

Une autre résidente, Suzanne Lizotte, compte au moins trois accidents sérieux depuis le début de la belle saison. «Des autos dans le fossé, des blessés, ce n'est pas rare ici. Les conducteurs évaluent mal leur vitesse et leurs virages.»

M. Chénier, un ex-policier, dit avoir rendez-vous avec sa conseillère municipale, Sylvie Goneau, dans deux semaines. «Selon moi, ça prend des carrefours giratoires. Il faut changer ça. C'est trop dangereux de traverser. Les conducteurs sont impatients.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer