« On ne veut pas perdre un autre pont »

Le pont Brabant-Philippe... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le pont Brabant-Philippe

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un autre incendie d'origine criminelle a été allumé au pont Brabant-Philippe, à Gatineau, tôt mercredi matin.

Les pompiers se sont rendus sur place vers 4 h 45, après un appel signalant la présence de flammes et de fumée. Il s'agit du troisième brasier à éclater sur la structure, depuis sa construction.

« À l'arrivée des intervenants, les pompiers ont rapidement contrôlé l'incendie, limitant ainsi les dommages, a indiqué le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG). Malgré tout, la structure de bois a été endommagée, mais pas la structure métallique. Le pont est présentement fermé et une inspection de la structure doit être effectuée avant sa réouverture. » 

Une enquête a été ouverte par le SPVG. Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a indiqué mercredi être préoccupé par la situation.

La « grosse question », selon le maire, est maintenant de savoir si les mesures de sécurité pour des infrastructures isolées comme les trois ponts couverts qui traversent la rivière Blanche sont adéquates. « Ce sont des infrastructures absolument précieuses, a souligné M. Pedneaud-Jobin. Si la mesure [de sécurité] coûte cher, perdre un pont aussi ça coûte cher. Ces ponts appartiennent à la Ville. Je ne sais pas ce qui est à notre disposition, mais ce qui est clair c'est qu'on ne veut pas en perdre un autre. »

S'il y a une chose dont la Ville de Gatineau peut se vanter, c'est d'être la seule municipalité du continent à posséder trois ponts couverts traversant une même rivière. La Ville a investi 1,8 million dans ces ponts qui font déjà partie des joyaux du patrimoine gatinois. La valeur totale des infrastructures cédées à la Ville par la Corporation d'aménagement de la rivière Blanche atteint 6,1 millions $. 

Des caméras

Le conseiller Jean Lessard a rencontré le chef de police Mario Harel, en matinée. C'est la troisième fois en cinq ans que ce genre de rencontre doit avoir lieu à Gatineau. Le pont Brabant-Philippe avait complètement brûlé en 2011, pour être reconstruit et attaqué de nouveau en 2015. « Des actions doivent être prises rapidement, il faut que ça cesse, a affirmé M. Lessard. Ce que je préconise dans l'immédiat, même si cela aura un coût, ce sont des caméras de surveillance. Il ne faut pas perdre un autre pont. La reconstruction a coûté 1,2 million $. »

À la suite de l'incendie de 2011, le conseiller de l'époque, Yvon Boucher, avait visité le site dévasté. Cinq ans plus tard, il se rappelle avoir demandé que des caméras de surveillance soient installées près de la structure.

« Il n'y avait pas de caméras, et moi j'avais demandé d'en installer, raconte-t-il. Puis, un fonctionnaire m'avait dit : 'non, de toute façon, on a des assurances'. » Yvon Boucher a répété cette idée, mais aussi celle d'installer des clôtures assez hautes, sous les ponts, pour empêcher les intrus de s'en approcher. Choqué, mais pas résigné, le retraité de la politique dit ne « pas se laisser décourager par un petit voyou qui n'a rien dans la tête ».

Aucun suspect n'avait été arrêté, mercredi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer