Deux semaines avant le retour à la normale sur la rue Rideau

Quelque 2700 mètres cubes de béton ont été... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Quelque 2700 mètres cubes de béton ont été coulés dans le trou béant de la rue Rideau.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'électricité et le gaz naturel ont été rétablis dans les commerces et hôtels tout près de l'affaissement sur la rue Rideau, mais la cause de l'incident n'a pas encore été déterminée.

La plupart des commerces dans le Centre Rideau ont repris leurs activités jeudi, a souligné le maire Jim Watson, mais il faudra attendre d'une à deux semaines pour que la circulation reprenne normalement sur la rue Rideau, au niveau de la passerelle aérienne qui relie le magasin La Baie et le Centre Rideau, près de Sussex.

C'est là où un important affaissement a englouti un véhicule qui «va y rester pour les générations futures», a indiqué Anthony Di Monte, directeur général des Services de protection et d'urgence de la ville.

Quelques minutes auparavant, un autobus qui roulait par là avec entre 40 et 50 personnes à son bord aurait pu connaître le même sort, a précisé John Manconi, directeur d'OC Transpo.

Les autobus qui circulaient sur la rue Rideau empruntent maintenant le pont Mackenzie, mais il y aura des circuits prioritaires et il faudra s'attendre à des délais, a précisé M. Di Monte.

Entre-temps, quelque 2700 mètres cubes de béton ont été versés dans le trou béant de 28 mètres de large sur 40 mètres de long et 5 mètres de profondeur, soit l'équivalent d'environ 300 camions de béton. Et ce n'est pas fini.

Cela permettra de stabiliser les lieux, a expliqué M. Di Monte. De plus, il faudra ajouter un autre type de béton «afin de renforcer l'ensemble du site». Lorsque ce sera terminé, «ça devrait se faire durant la nuit [...], les équipes pourront rentrer et remédier à l'ensemble de services qui ont été brisés».

Selon les autorités municipales, l'affaissement du terrain - là où on creuse le tunnel qui accueillera la station Rideau de la ligne de la Confédération - ne devrait pas perturber les opérations de forage à long terme. Il faudra cependant suspendre temporairement les travaux dans la région adjacente au trou géant.

Les autorités n'ont pu dire si le creusage du tunnel était à la source de l'affaissement. En fait, selon M. Di Monte, «on est loin d'avoir des hypothèses pour savoir ce qui s'est passé».

Le maire Watson a tenu à ajouter qu'il faudra peut-être attendre deux mois avant de connaître la cause exacte de l'effondrement.

Avis d'ébullition

Les autorités de Santé publique Ottawa ont émis un avis d'ébullition de l'eau à l'intention d'une dizaine de commerces touchés par l'affaissement de la rue Rideau, à l'entrée du Centre Rideau.

Même si la plupart des commerces du centre commercial ont repris leurs activités, il est déconseillé de boire l'eau dans les magasins, y compris le centre d'entraînement Goodlife Fitness. L'aire de restauration a d'ailleurs été fermée. Cet avis touche également la librairie Chapters et le café Starbucks au 47, rue Rideau, le spa Holtz au 45, rue Rideau, et l'édifice de la banque CIBC au 41, rue Rideau.

Tammy Rose, gestionnaire des services de gestion de l'eau potable, a expliqué qu'un tuyau d'égout a été brisé et que les eaux usées avaient contaminé un aqueduc d'eau potable. Il aura fallu une heure pour isoler l'aqueduc. «Pendant ce temps, toutes les propriétés ont été évacuées alors il n'y avait personne sur les lieux», a fait savoir Mme Rose

Santé publique Ottawa conseille aux gens de faire bouillir l'eau au moins une minute et de la faire refroidir avant de l'utiliser pour boire, faire du jus, des glaçons ou de la formule pour nourrissons.

La minifourgonnette coulée dans le béton

Le véhicule dont l'image a fait le tour du monde en faisant une chute dans le non moins célèbre trou de la rue Rideau fera partie du sous-sol d'Ottawa à jamais.

Le serrurier Paul Charette avait stationné son véhicule commercial sur la rue Rideau pour rencontrer un client, mercredi avant-midi. Après avoir effectué sa tâche, il a vu le trou déjà en formation. «Je l'ai vu tomber dans le trou, a-t-il raconté à l'émission J'aime ça l'matin, jeudi, à Énergie. Je venais de finir la job. Ça venait de commencer. Pendant ce temps-là, (l'équipe) de construction avait fait le barrage.»

Le serrurier, qui travaille dans le domaine depuis huit ans, aurait voulu récupérer son véhicule, qu'il décrit comme «une deuxième petite maison». Tous ses outils étaient à l'intérieur.

En après-midi, la Ville d'Ottawa a indiqué que le véhicule était maintenant recouvert de béton, et qu'il restera ainsi pour des générations à venir.

LeDroit n'a pas pu parler à M. Charrette jeudi.

- Louis-Denis Ebacher, LeDroit

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer