Un huitième homicide en 2016 à Ottawa

Au lendemain du drame, des résidents du quartier... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Au lendemain du drame, des résidents du quartier observaient toujours la scène et les policiers qui l'entouraient.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un échec amoureux et un conflit entre parents d'un jeune enfant composeraient la trame de fond du huitième homicide de l'année à Ottawa, avec la mort par balles d'un trentenaire dans le sud de la ville mardi soir.

La police d'Ottawa décrit le suspect, Jonathan Ranger,... (Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

La police d'Ottawa décrit le suspect, Jonathan Ranger, comme étant armé et dangereux.

Courtoisie

Au moins trois coups de feu ont été entendus vers 21h30 par les résidents de la ruelle Farriers, une artère résidentielle du quartier South Keys, à l'est de l'aéroport d'Ottawa. Un homme et une femme ont été atteints. L'homme a succombé à ses blessures, tandis que la femme luttait toujours pour sa vie mercredi.

Un peu plus de 12 heures après le drame, la police d'Ottawa a identifié la victime du meurtre comme étant Nicholas Kim, 30 ans. Ce dernier connaissait le suspect. Il pourrait s'agir du nouveau conjoint de la femme, selon une résidente du secteur.

La police d'Ottawa a fourni très peu d'informations mercredi.

Le suspect en cavale est Jonathan Ranger, un homme de 32 ans, connu dans la capitale pour une affaire d'enlèvement et d'extorsion, mais aussi du côté de Gatineau, où il a notamment été arrêté à la suite d'une bagarre, et une autre fois en possession de haschich.

La femme impliquée dans ce drame, Katrina Galloway, a survécu aux tirs. Il s'agit de l'ex-conjointe du suspect.

La police d'Ottawa décrit Jonathan Ranger comme étant armé et dangereux. 

Au lendemain du drame, des résidents du quartier observaient toujours la scène et les policiers qui l'entouraient. Une résidente, Michelle, qui n'a pas voulu donner son nom de famille, s'est dite attristée par cette histoire. «On la voyait parfois avec son bébé, dit-elle. Hier, il y avait tellement de policiers... Ça criait partout.»

Des voisins ont tenté de venir en aide au jeune homme, qui avait été atteint au thorax. Son décès a été constaté à l'hôpital.

Le crime semble s'être produit à l'extérieur, tout... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Le crime semble s'être produit à l'extérieur, tout juste à côté d'un parc pour enfants.

Patrick Woodbury, LeDroit

Une grande scène de crime était toujours érigée mercredi. Les portes arrière et avant de la résidence où s'est produit le drame étaient entourées de ruban jaune, en matinée.

Le crime semble s'être transporté à l'extérieur, tout juste à côté d'un parc pour enfants.

Sur sa page Facebook, M. Ranger évoque à plusieurs reprises ses conflits avec la mère de son enfant. Il indique à un certain moment que la femme veut lui «voler» l'enfant.

M. Ranger a plaidé coupable à une affaire de drogue et d'entrave au travail d'un agent de la paix, en mars 2012. Les documents de la cour, au palais de justice de Gatineau, font état d'une peine de 135 jours de détention. Dans le même dossier, il est mentionné que M. Ranger avait eu maille à partir avec un agent de la paix, dans le secteur Hull, le 25 janvier 2012. Appelé à faire cesser une bagarre entre jeunes hommes, le policier en question avait dû rattraper le fuyard, et le mettre au sol. Pendant la fouille, l'agent a trouvé un couteau sur l'individu.

Le suspect mesure 1,83 m (6'), est blanc et pèse 113 kg (250 livres). Il est de forte corpulence, a les yeux bruns et porte parfois les cheveux rasés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer