La Croix-Rouge a récolté 60 millions $ pour Fort McMurray

La Croix-Rouge est en «mode urgence» dans la... (Photo Cole Burston, AFP)

Agrandir

La Croix-Rouge est en «mode urgence» dans la région de Fort McMurray, a soutenu Mme Makrugin. Ainsi, l'argent est utilisé pour combler les besoins essentiels des évacués.

Photo Cole Burston, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bill Graveland
La Presse Canadienne
Calgary, Alberta

L'important montant récolté en dons par la Croix-Rouge pour aider les évacués de l'incendie de Fort McMurray surpasse de loin les sommes reçues dans la foulée d'autres désastres survenus au pays.

L'organisme a reçu jusqu'à maintenant 60 millions $ de la part d'individus et d'entreprises. Ce chiffre ne tient pas compte des montants additionnels qui seront versés par les gouvernements canadien et albertain, qui ont tous deux promis d'égaler les dons individuels.

La porte-parole de la Croix-Rouge Shelly Makrugin a précisé que les entreprises avaient beaucoup contribué. Elle n'avait pas en main les données sur les dons individuels.

Même si Mme Makrugin a tenu à souligner qu'il ne fallait pas « comparer les désastres » parce que chaque événement est différent, il semble que les dons cette fois-ci ont surpassé les 43,3 millions $ offerts à la suite des inondations catastrophiques de 2013, en Alberta. À l'époque, plus de 100 000 personnes dans plusieurs communautés - dont Calgary et High River - avaient été évacuées.

Le déraillement tragique de Lac-Mégantic en 2013, qui avait fait 47 victimes en plus de détruire une partie du centre-ville, avait quant à lui attiré des dons de 14,8 millions $.

En 2011, 5,5 millions $ avaient été récoltés pour l'incendie de forêt à Slave Lake, en Alberta.

La Croix-Rouge est en « mode urgence » dans la région de Fort McMurray, a soutenu Mme Makrugin. Ainsi, l'argent est utilisé pour combler les besoins essentiels des évacués, qui reçoivent des lits de camp, des couvertures et des trousses d'hygiène.

L'organisme complète donc l'aide fournie par les assurances et le gouvernement.

« La période actuelle est une intervention d'urgence, qui implique de répondre aux besoins essentiels des gens, et (les dons) seront aussi utilisés pour le rétablissement et la reconstruction », a-t-elle expliqué.

« Les besoins apparaissent avec le temps dans des désastres comme celui-ci, alors tout l'argent que nous collectons est réservé pour les gens affectés par l'incendie », a-t-elle ajouté.

La Croix-Rouge a été impliquée pendant quatre ans à la suite de l'incendie de Slave Lake, qui avait détruit 400 édifices.

Trudeau en Alberta mercredi

Justin Trudeau se rendra à Fort McMurray vendredi pour apporter le soutien de tous les Canadiens à cette communauté dévastée par de violents incendies la semaine dernière.

Le premier ministre en a fait l'annonce mardi aux Communes alors que l'opposition le questionnait sur ce que son gouvernement entendait faire pour la reconstruction de la ville albertaine. M. Trudeau avait auparavant indiqué qu'il ne voulait pas entraver le travail des pompiers et qu'il attendrait le moment opportun avant de se rendre sur place.

Les 80 000 résidants de Fort McMurray ont dû quitter la ville en catastrophe, mardi dernier, alors qu'un incendie de forêt menaçait certains quartiers. Environ 2400 bâtiments, surtout des maisons, ont été plus tard rasés par les flammes.

M. Trudeau a remercié mardi les « braves pompiers et premiers répondants » qui combattent les incendies de forêt depuis dix jours en Alberta.

Une gastro-entérite afflige les évacués

Une épidémie de grippe intestinale a frappé certaines des personnes forcées de fuir leur domicile en raison de l'incendie de forêt de Fort McMurray.

Alberta Health Services, le système de soins médicaux albertain, a annoncé, mardi, que plus de 110 cas de ce qui semble être une gastro-entérite virale avaient été signalés à certains centres d'hébergement pour les évacués.

Le Dr Chris Sikora, le médecin conseil en santé publique d'Edmonton, a déclaré que cette situation était une surprise pour les autorités et qu'il faudrait probablement attendre une semaine pour que la crise se résorbe. Il a ajouté qu'une surveillance quotidienne serait exercée afin d'enregistrer tous les nouveaux cas.

Le Dr Sikora a précisé qu'en date de lundi, 105 cas avaient été rapportés à Edmonton, quatre à Calgary et neuf dans le centre de la province. Les malades souffraient de fièvre, de nausées, de vomissements et de diarrhée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer