En bref

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les faits divers du jour, en quelques mots.

Du bruit devant la prison de Gatineau

Les gardiens de prison ont fait du bruit... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Les gardiens de prison ont fait du bruit devant l'établissement de Gatineau jeudi.

Patrick Woodbury, LeDroit

Les gardiens de prison ont fait du bruit devant l'établissement de Gatineau jeudi.

Sans contrat de travail depuis deux ans, ils interpellent le gouvernement Couillard en déclenchant des manifestations rotatives à travers la province. Jeudi était la journée désignée des prisons de Gatineau, Roberval et Baie-Comeau.

Le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SAPSCQ-CSN), sans contrat de travail depuis le 31 mars 2015, affirme que la négociation ne s'est réellement entamée qu'au début de l'automne dernier.

La santé et la sécurité du travail sont mises au coeur des demandes syndicales. «La nature même de notre métier fait en sorte de nous plonger dans des situations risquées, parfois même périlleuses autant sur le plan physique que psychologique. C'est donc une priorité essentielle pour nous, l'employeur doit donc comprendre qu'aucun recul n'est envisageable, notre mobilisation en fera foi», affirme Mathieu Lavoie, président du SAPSCQ-CSN.

Suspect recherché après une violente agression au casino

Le SPVG souhaite identifier ce suspect dans une... (Courtoisie SPVG) - image 5.0

Agrandir

Le SPVG souhaite identifier ce suspect dans une affaire de voies de fait survenue l'automne dernier au Casino du Lac-Leamy.

Courtoisie SPVG

Les autorités demandent l'aide du public pour identifier un homme qui aurait violemment attaqué une personne au Casino du Lac-Leamy le 1er novembre dernier.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a diffusé jeudi une photo de l'individu recherché. Il s'agit qu'un homme de race blanche, âgé d'une trentaine d'années, avec les cheveux courts. Il portait un chandail brun et un jean foncé lors de l'incident.

Selon le SPVG, l'agression est survenue vers 1h, le 1er novembre dernier, lorsque le suspect a approché la victime près du Bar 7, situé à l'intérieur de la maison de jeu. «Sans aucune raison apparente, le suspect a violemment attaqué la victime en lui assénant des coups de poing à la tête, a indiqué le SPVG. Cette dernière a dû être transportée d'urgence à l'hôpital pour recevoir les soins appropriés pour des lacérations diverses à la tête. La victime aurait également subi une commotion cérébrale.»

Toute personne détenant des informations permettant d'identifier l'individu est invitée à contacter le sergent-détective François Chayer, au 819-243-2345 poste 6041, ou à appeler la ligne Info du SPVG, au 819-243-4636 option 5.

En état d'ivresse avancée sur l'autoroute 50

Deux automobilistes en état d'ivresse avancée ont été interceptés sur l'autoroute 50 dans la nuit de mercredi à jeudi.

Déjà occupés en raison de plusieurs sorties de route et collisions causées par les conditions météorologiques, les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont procédé à l'arrestation de deux hommes pour conduite avec les capacités affaiblies.

La première arrestation a eu lieu vers 23h, mercredi soir, sur l'autoroute 50 Ouest, avant le viaduc du boulevard de La Gappe. Les policiers, appelés sur place pour une sortie de route, ont finalement arrêté le conducteur, un homme de 51 ans qui a mentionné «être en direction du travail» alors que son taux d'alcoolémie dépassait de plus du triple la limite permise. L'individu a été libéré sous promesse de comparaître le 7 juillet au palais de justice de Gatineau, où «il pourrait faire face à des accusations de garde et contrôle d'un véhicule avec les capacités affaiblies», a fait savoir la SQ. Son permis de conduite a été suspendu pour 90 jours.

L'autre cas est survenu vers 1h, toujours sur l'autoroute 50, à la hauteur du boulevard de l'Aéroport. Ce sont des contrôleurs routiers qui ont intercepté le véhicule «dont la conduite était erratique», pour ensuite demander l'intervention des policiers. Le conducteur de 36 ans présentait un taux d'alcoolémie près de trois fois plus élevé que la limite permise. Son permis a été suspendu pour 90 jours. Il devra se présenter en cour le 6 juillet, et pourrait faire face à des accusations de conduite avec les capacités affaiblies.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer