Disparition de Destiney Dumais: son père rongé par l'inquiétude

Le père d'une adolescente disparue depuis la semaine dernière s'interroge sur... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le père d'une adolescente disparue depuis la semaine dernière s'interroge sur l'achat récent d'une prescription faite au nom de sa fille et sur l'identité de son copain.

Le père d'une adolescente disparue depuis la semaine... (Tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Tirée de Facebook

Réginald Dumais demande depuis des jours que sa fille Destiney, 15 ans, revienne à la maison. Il se demande si l'adolescente a fugué ou si on l'empêche de reprendre contact avec lui.

«Elle n'est pas partie, bang, en maudit... Elle est partie le 16 février et devait revenir pour 21h. Elle n'est jamais revenue», explique-t-il.

Le père croit que sa fille fréquente les environs des Galeries de Hull ou du supermarché Maxi, sur le boulevard St-Joseph, dans le secteur Hull.

«Elle essayait de passer pour une fille de 17 ans. Il parait que son chum a 19 ou 20 ans... Je ne sais pas c'est qui. Elle ne semblait pas avoir de problème.»

M. Dumais a une dent contre la police de Gatineau, qui poursuit son enquête afin de retrouver la jeune. «On pensait qu'elle avait laissé un message à la police, puis la police nous a dit que c'était elle. Nous sommes allés écouter le message, moi et son frère. Ce n'est pas elle. Ce n'est pas sa voix.»

La personne qui a laissé le message au 9-1-1 aurait dit, de façon imprécise et confuse: «Euh... euh... euh... I'm calling my name is Destiney Dumais.»

Trois jours après la disparition, une pharmacie du secteur Hull aurait vendu une prescription au nom de sa fille. «La police le sait et devait aller visionner une vidéo de la transaction (jeudi). La personne a acheté des pilules pour dormir. Moi, je ne pense pas que c'est elle qui a acheté ça. Il y a quelqu'un qui a payé pour ses médicaments et qui est parti après. T'as pas besoin de carte d'identité pour payer.»

Réginald Dumais tente, tant bien que mal, de trouver des pistes. «Est-ce que c'est parce que je n'ai pas voulu changer son cellulaire brisé, parce qu'elle ne voulait pas être changée de classe? Je ne sais pas. Moi, je voulais absolument qu'elle aille à l'école.»

Quiconque croit posséder des éléments de réponse est prié de contacter la police de Gatineau au 819-246-0222.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer