Deux aînés victimes d'une violente invasion à domicile

«Je suis resté mort jusqu'à ce qu'ils s'en aillent.» (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Je suis resté mort jusqu'à ce qu'ils s'en aillent.»

C'est en ces mots qu'un septuagénaire de L'Ange-Gardien a expliqué comment il s'était protégé des inconnus qui l'avaient déjà bien assez malmené, lorsqu'ils ont fait irruption chez lui et sa conjointe, en avril dernier. Les propos de l'homme ont été entendus lundi lors de l'enquête préliminaire d'un des suspects dans cette affaire, Kevin St-Pierre, 23 ans.

Selon la police de la MRC des Collines, M. St-Pierre et ses deux suspects, David Harvey, 21 ans, de Montréal-Nord, et Vladislav Arcea, 21 ans, de Mercier, ont frappé deux fois plutôt qu'une chez ce couple, jusque-là sans histoire.

Les trois mêmes jeunes hommes sont accusés d'avoir sévi une deuxième fois au même endroit, sur le chemin River, à L'Ange-Gardien, le 28 juillet dernier.

Le 23 avril, le trio aurait fait irruption chez le couple, menotté l'homme et attaché ses chevilles avec de la corde. Sa conjointe a été forcée d'observer la scène en silence, tentant de répondre aux questions des agresseurs afin d'éviter le pire.

«Ton argent? Il est où ton argent?», ont répété les assaillants. Le trio est finalement tombé sur un petit coffre-fort. Ils se sont emparés, semble-t-il, de quelques bijoux et d'argent liquide.

Sous la menace et après quelques gestes brutaux, l'homme est resté au sol. «J'ai fait le mort. Cela a duré une demi-heure, trois-quart d'heure. Je ne grouillais pas.»

Selon le couple, personne ne savait qu'un coffre-fort se trouvait dans la maison, sauf leur fille, dont la confiance n'a pas été mise en doute dans l'enquête. Le mystère plane toujours sur la raison qui a poussé les trois hommes de la région de Montréal à faire la route jusqu'à cette résidence tranquille de L'Ange-Gardien pour braquer et molester des personnes âgées. Les suspects sont accusés d'introduction par effraction, de voies de fait, de séquestration et de vol qualifié. Lors du deuxième braquage à domicile, le septuagénaire a été attaqué à coups de décharge électrique. Le véhicule du couple a aussi été volé.

Bien que quelques admissions aient été faites chez les trois accusés, ceux-ci ont maintenu leur plaidoyer de non-culpabilité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer