Patrick Brazeau grièvement blessé

Les blessures du sénateur Brazeau sont assez sérieuses... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Les blessures du sénateur Brazeau sont assez sérieuses pour repousser le début de son procès, estime son avocat.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les blessures que Patrick Brazeau s'est infligées, lundi soir, sont assez sérieuses pour repousser la date prévue de son procès à Ottawa, croit l'avocat du sénateur indépendant.

Les temps semblent très difficiles pour le politicien de Maniwaki qui, en plus de devoir répondre à une accusation de garde et contrôle d'un véhicule avec les capacités affaiblies à Gatineau, fait face sur la rive ontarienne à des allégations de fraude et abus de confiance au Sénat.

L'état de santé M. Brazeau risque fort bien d'avoir des impacts à plus long terme sur la colline parlementaire. Le sénateur tente de garder son poste en évitant un dossier criminel.

L'avocat de M. Brazeau, MChristian Deslauriers, a confirmé mardi au Droit qu'il comptait se présenter au palais de justice d'Ottawa ce mercredi afin de demander à un juge de la Cour supérieure de l'Ontario de remettre à plus tard le début de son procès pour fraude et abus de confiance.

D'une durée prévue de trois semaines, il devait débuter le 29 mars prochain.

«L'état de santé de mon client ne lui permettra pas de se présenter», a brièvement commenté Me Deslauriers.

Toujours à l'hôpital

Environ 24 heures après s'être infligé des blessures sérieuses dans une résidence privée de Mayo, Patrick Brazeau était toujours dans un état critique, mais stable, mardi soir.

Le sénateur de 41 ans est considéré comme étant hors de danger.

Les paramédicaux de l'Outaouais ont transporté le politicien vers 22h15 à l'hôpital de Buckingham. Il a été transféré au centre hospitalier du secteur Hull vers 1h, a confirmé par courriel le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO).

M. Brazeau «a subi une intervention chirurgicale avec succès», a ajouté l'organisation, sans toutefois préciser la nature de ses blessures.

Par le biais du CISSSO, la famille a demandé qu'on la laisse vivre cette épreuve en privé et a affirmé qu'elle ne ferait aucun commentaire. Le mystère planait toujours sur les circonstances ayant mené à son hospitalisation.

Des policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont été envoyés sur les lieux afin d'éclaircir les circonstances de l'incident.

«Aucun élément criminel n'a été rapporté dans cette affaire», a pour sa part indiqué le porte-parole de la SQ en Outaouais, Marc Tessier. Le policier a refusé de divulguer d'autres informations.

Le controversé politicien a obtenu une absolution inconditionnelle devant la Cour du Québec cet automne, en plaidant coupable à deux accusations réduites de voies de fait simples et de possession de cocaïne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer