Un réalisateur gatinois assassiné en Amérique centrale

Une autopsie a été pratiquée sur le corps... (Courtoisie: Annie Coutu)

Agrandir

Une autopsie a été pratiquée sur le corps de Matthiew Klinck mardi au Belize, où il a été assassiné.

Courtoisie: Annie Coutu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La sphère culturelle de l'Outaouais pleure la mort de l'un de ses artisans. Le réalisateur et producteur gatinois, Matthiew Klinck, a été assassiné lundi soir au Belize, un pays d'Amérique centrale où il s'était établi depuis cinq ans pour y oeuvrer avec sa caméra.

Les circonstances du drame demeurent jusqu'ici nébuleuses.

Selon le journal local The San Pedro Sun, l'homme de 37 ans, originaire du secteur d'Aylmer, aurait été poignardé à mort possiblement à la suite d'un cambriolage dans sa résidence située dans le village de Selena, non loin de San Ignacio. Son corps aurait été retrouvé gisant au sol à quelques mètres de la maison aux alentours de 20h40 heure locale.

Le média bélizien cite aussi un rapport de police dans lequel on mentionnerait que l'intérieur du domicile de M. Klinck aurait été saccagé et que des objets précieux auraient disparu.

Rien n'indique qu'un ou des suspects ont été appréhendés dans cette affaire de meurtre. Une autopsie a été pratiquée sur le corps de la victime mardi matin.

Les autorités locales auraient contacté le consulat canadien au Belize, lequel s'est chargé d'informer la famille de la victime de la tragédie qui venait de survenir.

Quelques proches du réalisateur gatinois doivent d'ailleurs s'envoler en direction de ce petit pays de 350 000 habitants, situé entre le Mexique et le Guatemala, d'ici la fin de la semaine.

Matthiew Klinck, qui affirmait pas plus tard qu'il y a six jours sur sa page Facebook qu'il « avait trouvé sa place » en s'établissant au Belize, était connu là-bas parce qu'il a produit le tout premier téléroman en langue espagnole à la télévision locale, intitulé La Isla Bonita Telenovela. Au fil de sa carrière, le Gatinois a entre autres aussi signé les longs métrages Greg & Gentillon ainsi que Hank & Mike.

Celui qui a connu une triste fin était également directeur de photographie pour Les Trésors de La Petite-Nation, une série de 13 émissions coanimées par la comédienne Danielle Grégoire et l'artiste-peintre Jean-Yves Guidon diffusées en 2009 sur les ondes de TVA, TQS et Canal Vox. Le projet, qui a permis de découvrir une quarantaine de lieux culturels, touristiques, agroalimentaires et patrimoniaux de ce coin pittoresque de l'Outaouais, était produit par Daniel Séguin, de Productions Quoi.

« Comme un frère »

Annie Coutu, de la boîte Aïsha Productions, était aussi impliquée dans le projet, elle qui est en deuil d'un ami de longue date. Elle et M. Klinck s'étaient liés d'amitié au milieu des années quatre-vingt-dix.

En entrevue avec LeDroit, elle a difficilement pu retenir ses larmes, disant être atterrée par la nouvelle. Les messages de sympathie, eux, affluaient sur les réseaux sociaux.

« L'une de ses tantes m'a appelé pour me l'annoncer. C'est terrible, surtout dans de telles circonstances. J'ai parlé à Mathieu pas plus tard que jeudi dernier et on s'était vu l'automne dernier quand il était de passage dans la région. Son but était de développer le cinéma au Belize. [...] On allait souvent manger au resto ou faire un pique-nique avec sa mère, qui elle, est sous le choc. C'est la pire des choses pour un parent de devoir enterrer son enfant », a-t-elle confié.

Elle n'avait que de bons mots à dire pour décrire son ami.

« C'est un gars qui avait toujours le sourire, toujours prêt à embarquer dans des projets un peu fous. Il faisait des images à couper le souffle et était quelqu'un de vrai et unique. Pour moi, il était comme un frère », conclut-elle.

Même son de cloche pour l'aquarelliste Jean-Yves Guindon, qui a appris la triste nouvelle en naviguant sur Facebook.

« C'était un gars exceptionnel et je sais qu'il était parti pour la gloire, même si je ne l'ai pas côtoyé beaucoup. J'ai quand même travaillé avec lui pendant six semaines, 12 heures par jours. Et là, la manière dont sa vie se termine, ça dépasse l'entendement, surtout à un si jeune âge », dit-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer