Naples Pizza rasé par les flammes

L'enquête sur l'incendie qui a ravagé le populaire... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

L'enquête sur l'incendie qui a ravagé le populaire restaurant du Vieux-Hull, dont il ne reste que des débris, a été transférée à la police de Gatineau.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une pizzéria du Vieux-Hull a été complètement détruite par un incendie, dans la nuit de mardi à mercredi.

«Un point de repère» de Gatineau, où de nombreuses familles allaient manger leur pizza préférée avec leurs enfants, n'est plus. Le restaurant Naples Pizza de la rue Montcalm, dans le Vieux-Hull, a été détruit par les flammes dans la nuit de mardi à mercredi.

«C'est une entreprise familiale depuis 1980», a souligné Souad Mankal, la conjointe d'un des propriétaires de l'endroit, Said Mankal. Ce dernier avait fort à faire dans la journée de mercredi.

«Nos coeurs et nos esprits sont dans ce restaurant, dit-elle, ébranlée. Cet endroit veut dire beaucoup de choses pour nous et les frères (Mankal).»

Les résidents du secteur circulaient lentement devant ce qui restait du commerce, mercredi. Sur les médias sociaux, plusieurs évoquaient de nombreux souvenirs d'enfance et des anecdotes reliées aux repas qu'ils partageaient avec leurs propres enfants, de génération en génération.

«Des clients nous disaient récemment qu'ils amenaient avec eux la quatrième génération de leur famille pour manger une pizza», raconte Mme Mankal.

Le bâtiment était complètement évacué à l'arrivée des secours, mardi soir. La seule bonne nouvelle dans cette triste histoire est que personne n'a été blessé. Cependant, deux résidents, qui occupaient l'étage supérieur, ont tout perdu.

L'Église catholique portugaise du Saint-Esprit, sur la rue Sainte-Bernadette, a servi de refuge temporaire dans les premières minutes de l'incendie. Les personnes évacuées ont ensuite été conduites vers deux hôtels du secteur Hull pour y passer le reste de la nuit.

Une quarantaine de personnes a été prise en charge par la Croix-Rouge.

La rue Montcalm a été fermée à la circulation entre les rues Sainte-Bernadette et Wellington pour une bonne partie de la journée. Les citoyens évacués ont pu retourner chez eux dans le courant de la journée de mercredi.

«C'était très difficile de voir la fumée et les flammes, explique Mme Mankal. Nous y étions jusqu'à 3h du matin, mais un moment donné, il faisait très froid et on ne pouvait plus rien faire. On comprend que les clients sont aussi attristés. Les gens sont là pour nous, et à ce temps-ci de l'année, ça aide. Le restaurant était un point de repère à Gatineau. C'était aussi notre joie et notre fierté.»

Enquête

Il a fallu l'intervention de 52 pompiers, arrivés dans 18 camions, pour combattre l'important brasier qui s'est déclaré vers 23h15, mardi.

La situation a été déclarée sous contrôle le lendemain, vers 7h15. Les autorités n'ont eu d'autre choix que de jeter au sol le 70, Montcalm, par mesure de sécurité, et pour permettre aux enquêteurs du service des incendies et de la police de Gatineau de faire leur travail.

«Nous avons dû démolir le bâtiment, aussi, parce que les bâtiments voisins sont très proches de la scène», a expliqué le chef aux opérations du Service des incendies de Gatineau, Jean-Guy Leclerc.

On ignorait toujours la cause exacte du sinistre, mercredi soir. L'enquête a été transférée au Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) «par mesure préventive», afin de s'assurer, dit l'agente Andrée East du SPVG, que rien n'échappe aux autorités. «Nous en sommes au début de l'enquête et on ne peut pas dire que l'incendie est suspect pour l'instant. Nous rencontrons des gens qui ont pu voir des choses, mais on ne peut s'avancer sur cette piste trop rapidement.»

Ce sont des passants qui ont alerté les pompiers, mardi soir.

Des flammes auraient été vues à l'arrière du bâtiment. Les dommages sont évalués à plus de 470 000 $.

Une pizzéria du Vieux-Hull a été complètement... (Julien Paquette, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Julien Paquette, LeDroit

Une «deuxième famille» éprouvée

Serveuse et gérante depuis 32 ans, Cécile Drouin allait célébrer sa 33année de service en février prochain.

«Je me sens déboussolée, affirme-t-elle. Ici, c'est une deuxième famille.»

L'employée, une résidente de Lac-des-Loups qui faisait la route matin et soir pour travailler, s'est rendue sur les lieux du sinistre mercredi. Avec ses collègues, elle voulait constater l'ampleur des dommages, mais aussi donner et recevoir du réconfort.

«On a vu la nouvelle sur Internet, mais on veut le voir en vrai. C'est triste.»

Mme Drouin espère que les propriétaires reconstruiront le commerce. «C'est tout un cadeau du jour de l'An», confie-t-elle, sarcastique.

Le restaurant employait 14 personnes. 

Avec Denis Gratton, LeDroit

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer