Saisie de stupéfiants à Buckingham

Le groupe d'intervention du SPVG et le maître-chien... (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le groupe d'intervention du SPVG et le maître-chien de la Sûreté du Québec ont participé à frappe vers 5h25, mercredi, au 98 rue Georges, dans le secteur Buckingham.

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Deux hommes et deux femmes ont été arrêtés par le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) à la suite d'une perquisition de drogue, tôt mercredi matin, dans le secteur Buckingham.

Le groupe d'intervention du SPVG et le maître-chien de la Sûreté du Québec ont contribué à cette frappe qui a eu lieu vers 5 h 25 au 98, rue Georges.

C'est une information reçue du public qui a permis d'ouvrir l'enquête ayant mené à cette perquisition. Au total, 298 grammes et 1590 graines de cannabis, 172 grammes de haschich, 292 buvards semblant contenir du LSD, 412 comprimés de prescription, 18 grammes de méthamphétamine, 20 grammes de cocaïne, 3,6 grammes de crack, 4,65 litres de GHB et 11 grammes de psilocybine (champignon magique) ont été saisis sur place.

À cela s'ajoutent 1770 $ en argent canadien, deux armes à impulsions électriques, un bâton rétractable, des munitions pour divers types d'armes (pistolet .38, fusil de chasse de calibre 20 et carabine .303) et divers items liés au trafic de stupéfiants (téléphones cellulaires, balances, etc.).

«Les stupéfiants saisis sur les lieux étaient destinés à la revente auprès des résidents du secteur et l'objectif de l'intervention était donc de mettre fin à ce réseau», a indiqué le SPVG.

Les personnes interpellées sont deux hommes de 22 et 29 ans et deux femmes de 19 et 23 ans, tous des résidents de Gatineau. Ils ont été transportés au poste de police afin d'y subir un interrogatoire.

Les deux hommes devaient comparaître mercredi après-midi devant la Cour du Québec. «Des accusations de trafic de stupéfiants, de possession en vue d'en faire le trafic, de possession simple, de bris de probation, de possession d'arme prohibée et de recel ont été soumises au Directeur des poursuites criminelles et pénales», a précisé le SPVG.

Les deux femmes ont quant à elle été relâchées, mais les autorités n'excluent pas la possibilité que des accusations soient portées contre elles ultérieurement, puisque l'enquête est toujours en cours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer