Pétition pour une rue en mémoire d'une ado fauchée sur la route 307

Maryse Beaulne, 17 ans, a été happée par... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Maryse Beaulne, 17 ans, a été happée par deux voitures, le 14 octobre 2014, alors qu'elle tentait de traverser la route 307, à Cantley.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une pétition vient d'être lancée afin qu'une rue de Cantley soit renommée en mémoire de Maryse Beaulne, décédée à 17 ans après avoir été frappée par deux voitures, l'automne dernier, sur la 307.

À l'aube de sa majorité, Maryse Beaulne semblait avoir toute la vie devant elle. Elle devait se rendre au cégep, le 14 octobre 2014. Vers 6 h 30, elle a voulu traverser la route 307, à la hauteur de la rue Cardinal, pour aller prendre l'autobus. Une camionnette l'a heurtée, la projetant dans la voie inverse, où elle fut frappée par un autre véhicule. Elle est décédée à l'hôpital quelques heures plus tard.

C'est le président de l'Association des gens d'affaires de Cantley (AGAC), Xavier Lecat, qui a soumis l'idée de rebaptiser la rue Cardinal auprès de la famille.

«Sur le coup, je ne savais pas quoi faire, admet la mère de la jeune disparue, Manon Lajoie. Mais là, je suis contente, ce serait un bel hommage. Je vois le coin de rue tous les jours. Ce serait une fierté, ça montrerait qu'elle a accompli quelque chose, qu'elle ne sera pas oubliée, parce que Maryse, c'était une fille remplie de talents. Elle avait tellement un bel avenir en avant d'elle, et je pense qu'en ayant son nom au coin de la rue, ce sera mission accomplie pour elle.»

M. Lecat a eu l'idée en constatant à quel point la communauté a été ébranlée par cette tragédie. «En tant que président de l'AGAC, je marche souvent sur les chemins de Cantley, je rencontre du monde, et c'est un événement qui a vraiment marqué fortement la communauté», dit-il.

Pétition en ligne

La pétition en ligne au petitions24.net comptait, mardi après-midi, près de 250 signatures. Mme Lajoie espère pouvoir recueillir 5000 noms afin d'appuyer la demande qui sera présentée au conseil municipal de Cantley. Selon M. Lecat, la mairesse de Cantley, Madeleine Brunette, a indiqué qu'avec un appui suffisant, la municipalité pourrait être le porteur de dossier auprès de la Commission de toponymie du Québec.

Les proches de la défunte attendent aussi l'arrivée de feux de circulation à l'intersection où la vie de la jeune femme a été fauchée. Un centre commercial y est en construction, et l'ajout de feux est prévu au cours des prochains mois.

«Ça ne me redonnera pas ma fille, mais je me dis qu'au moins les gens pourraient voir son nom, se demander pourquoi et faire une recherche», souligne Manon Lajoie en laissant tomber que le deuil est «loin d'être fini».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer