Quincallerie incendiée à Mansfield

Consternation et tristesse dans la MRC de Pontiac, samedi soir, alors que l'un... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Consternation et tristesse dans la MRC de Pontiac, samedi soir, alors que l'un des rares commerces de la municipalité de Mansfield-et-Pontefract a été emporté par les flammes.

La mairesse de Mansfield-et-Pontefract, Kathleen Bélec, parle d'un événement triste et difficile pour sa municipalité. Elle soutient que ce sont 15 personnes qui se retrouvent sans emploi suite au brasier, un mois avant Noël.

«Le plus triste, c'est qu'on ne sait pas combien de temps ça va leur prendre avant d'avoir de l'assurance-chômage. C'est certain, on va appeler les députés, M. Fortin et M. Amos pour essayer d'accélérer la machine. On va faire notre possible pour les aider.»

La quincaillerie BMR de la rue Principale à Mansfield est une perte totale, la marchandise qui se trouvait à l'intérieur également. Les flammes n'ont rien laissé qui vaille, affirme Mme Bélec.

Non seulement s'agissait-il d'un rare commerce à Mansfield-et-Pontefract, mais il s'agissait d'un commerce qui faisait de bonnes affaires, soutient la mairesse. La nouvelle fait d'autant plus mal lorsqu'on considère que l'industrie forestière, très importante pour la MRC de Pontiac, connaît des difficultés dans ce secteur de l'Outaouais.

«Ça va nous faire mal, ça rapportait beaucoup de gens des autres municipalités alentour, les prix étaient très compétitifs. C'est vraiment triste de voir ça.»

La clientèle de la quincaillerie était composée de propriétaires fonciers, mais aussi de plusieurs entreprises de construction du secteur. Kathleen Bélec soutient qu'ils devront désormais se rabattre vers des commerces situés à Bryson, ou encore de l'autre côté de la rivière des Outaouais, en Ontario.

Selon la Sûreté du Québec (SQ), l'incendie s'est déclenché peu après 23h, samedi soir. Le brasier a été maîtrisé par les services d'incendie locaux aux alentours de 1h, dimanche matin.

La cause du brasier est toujours inconnue. Des techniciens de la SQ et des services d'incendie enquêtent dans les débris du bâtiment afin de déterminer l'origine de l'incendie. Toutes les hypothèses sont étudiées incluant celle d'un geste criminel, mais pour l'instant, aucun élément ne permet de croire que ce soit le cas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer