Un autre cas d'agression sexuelle à l'Université d'Ottawa?

Plus tôt cette semaine, la direction de l'Université... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Plus tôt cette semaine, la direction de l'Université d'Ottawa a publié un communiqué sur un incident, sans toutefois en préciser la nature. L'établissement parlait alors d'une «inconduite».

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'enquête interne déclenchée récemment par l'Université d'Ottawa à propos d'une «inconduite alléguée» au sein d'un club géré par des étudiants porterait sur une présumée agression sexuelle survenue en février dernier.

C'est ce qu'a affirmé la Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa (FÉUO) sur son site Internet, mercredi.

Plus tôt cette semaine, la direction de l'Université d'Ottawa a publié un communiqué sur un incident, sans toutefois en préciser la nature. L'établissement parlait alors d'une «inconduite».

«À la connaissance de la FÉUO, le club en question est formé majoritairement d'athlètes étudiants interuniversitaires Gee-Gee, lit-on. Donc, contrairement à ce que le communiqué de l'Université a énoncé, le Service des sports de l'université est en effet impliqué dans cette situation, puisque le présumé agresseur dans le courriel anonyme est un athlète-étudiant interuniversitaire.»

La direction de l'établissement a fait parvenir un communiqué aux médias, mardi. Elle affirmait avoir lancé une enquête interne «à la suite de la réception, par l'administration, d'un rapport anonyme faisant état d'inconduite impliquant un club géré par des étudiants et qui est indépendant des Services des sports de l'Université».

La FÉUO ajoute avoir reçu, le 7 novembre dernier, un courriel anonyme indiquant qu'une agression sexuelle aurait eu lieu «au sein d'un club étudiant inscrit sous la FÉUO». Ce même courriel aurait aussi été envoyé à l'Université.

Une rencontre a eu lieu entre l'association étudiante et la direction de l'Université, le 13 novembre.

«La FÉUO est déçue de voir que l'Université d'Ottawa a omis de nommer le problème, utilisant du vocabulaire tel qu'"inconduite", ce qui délégitime les expériences des survivant(e) s d'agression sexuelle.»

Le club en question, que personne ne veut nommer à la FÉUO et à l'Université, sera suspendu jusqu'à nouvel ordre.

Aucune accusation criminelle n'a encore été déposée.

En 2014, deux anciens joueurs de l'équipe de hockey de l'Université d'Ottawa ont été accusés d'agression sexuelle après des événements hautement médiatisés survenus lors d'un voyage des Gee Gees à Thunder Bay.

Plus tôt cette année, la direction de l'Université a confirmé que son équipe de hockey masculine, suspendue dans la foulée de ces événements, serait de retour pour la saison 2016-2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer