Le prisonnier interroge ses geôliers

La prison de Gatineau... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

La prison de Gatineau

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un détenu accusé d'avoir participé à une simulation de prise d'otages à la prison de Gatineau, en février 2013, tente de faire cesser les procédures en interrogeant lui-même deux responsables du centre de détention.

Alain Ste-Marie, qui se représente seul, allègue qu'il n'a pas pu assurer sa défense pleine et entière, et qu'il est constamment envoyé «au trou».

Il a interrogé deux directeurs de la prison de Gatineau, mercredi, au palais de justice de Gatineau.

Un des responsables du centre de détention, Guy Charlebois, a répondu aux questions de M. Ste-Marie sur son confinement qualifié de «systématique» depuis qu'il a été accusé d'avoir participé au brasse-camarade du 6 février 2013 à l'établissement de la rue St-François.

Ce jour-là, 16 détenus ont simulé une prise d'otages et fait du grabuge dans leur aile à sécurité maximale.

Le prévenu s'est plaint pendant des semaines de ne pas avoir accès à toute la divulgation de la preuve déposée contre lui. Ce qu'il qualifie de manquement de la part du ministère public l'aurait empêché de présenter une défense pleine et entière.

Alléguant que le ministère public a pris possession de ses documents «plus de 40 fois», M. Ste-Marie a bifurqué sur ses conditions de détention, qui nuiraient non seulement à sa santé mentale, mais aussi à la préparation de son dossier.

Depuis qu'il a été accusé dans le dossier de l'émeute de 2013, M. Ste-Marie aurait passé 116 jours au «trou», dans une cellule isolée destinée aux détenus à problèmes.

«Entre (la prison) Rivière-des-Prairies (RDP) et Hull, rajoute-t-il, on ne me remet pas mes papiers.» La direction a répondu que ces documents doivent être inspectés, avant d'être remis, pour des raisons sécurité.

En février 2013, a expliqué Guy Charlebois, le prévenu venait d'être transféré de RDP à Gatineau pour permettre à certains de changer d'air, alors que la surpopulation carcérale au Québec créer des tensions et des conflits entre les occupants.

Lorsqu'il est à Gatineau, le prévenu aurait passé plus de temps qu'à son tour au «trou». «Vous êtes les seuls à agir de la sorte», dit-il, en parlant de la prison de Gatineau.

M. Charlebois et son directeur, Gérard-Murray Chevrier, qui a aussi témoigné, ont expliqué que le sujet était enclin aux débordements et qu'il avait près de 90 dossiers disciplinaires. Il présenterait un risque non négligeable de tentative d'évasion et son comportement laisserait souvent à désirer.

Le prévenu s'est défendu en disant n'avoir jamais frappé un gardien de prison.

Réveillé à chaque heure

La nuit, au «trou», M. Ste-Marie dit être réveillé aux heures, ne pas avoir de souliers dans sa cellule et ne pas être en mesure de tirer la chasse d'eau de la toilette sans demander l'aide du personnel.

Les directeurs ont expliqué que les vérifications nocturnes doivent être faites pour s'assurer que le détenu en cellule d'isolement respire et que sa santé est correcte. Leurs souliers leur sont retirés pour limiter leurs coups de pied dans la porte. Por ce qui est de la chasse d'eau, le système est brisé, et, temporairement, les agents correctionnels doivent le faire à leur place par une commande électronique située à l'extérieur du lieu d'isolement.

Le SPVG boucle le secteur de la prison

Le SPVG a fermé la rue Saint-François, près... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Le SPVG a fermé la rue Saint-François, près de la prison de Gatineau, à la recherche d'un homme possiblement armé.

Patrick Woodbury, LeDroit

Les policiers ont fermé l'accès à la rue St-François, où se trouve la prison de Gatineau, à la recherche d'un homme possiblement armé, mercredi après-midi.

Aucun coup de feu n'a été entendu. Le périmètre a été levé peu avant 16h. Personne n'a été arrêté ni appréhendé. La police a tenté de confirmer s'il s'agissait d'un suspect ou d'un passant négligent transportant une arme de chasse, en cette saison haute.

Pendant l'intervention, l'école Jean-de-Brébeuf, sur le boulevard de Lucerne, a été placée en mode sécuritaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer