L'auteur veut «venger» les accusés

Depuis un peu plus de deux semaines, l'institution... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Depuis un peu plus de deux semaines, l'institution collégiale anglophone, dans le secteur Hull, a été la cible de nombreuses alertes à la bombe.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La direction du Cégep anglophone Heritage de Gatineau a renforcé ses mesures de sécurité, lundi matin, après la réception d'une autre lettre de menaces. Cette fois, le ou les auteurs disent vouloir «venger» les quatre mineurs arrêtés plus tôt au mois de novembre, à la suite d'une série d'appels à la bombe en Outaouais et ailleurs au Québec.

La missive ne fait rire personne au Cégep, au retour d'une fin de semaine marquée par l'effroi et la violence à Paris. Elle débute en s'adressant aux professeurs.

«Nous faisons de votre cas, notre affaire, à vous qui avez arrêté nos loyaux amis. Nous les vengerons», peut-on lire dans la lettre écrite en anglais et dont LeDroit a obtenu copie. Une série d'allusions à des bombes, placées çà et là dans le Cégep, suit. Encore une fois, l'auteur se réclame du Sceptre Rouge, le même groupe qui avait revendiqué les appels à la bombe à travers les écoles du Québec, le 3 novembre dernier.

La Sûreté du Québec a arrêté quatre mineurs de l'Outaouais, dans cette affaire.

La lettre de menaces envoyée lundi est écrite en anglais, alors que celle du 3 novembre était écrite dans un piètre français. La plus récente n'évoque rien de moins que des explosions et des meurtres.

Lundi matin, la direction du Cégep Heritage a confirmé avoir augmenté ses mesures de sécurité. En outre, des gardiens de sécurité fouillent les sacs des étudiants à leur entrée, explique le directeur des communications du collège, François Vézina. Cette mesure sera appliquée jusqu'à ce que les auteurs de cette lettre soient arrêtés.

«Par mesure préventive, des mesures de sécurité ont été augmentées, lit-on sur la page d'accueil du site Internet du Cégep Heritage. Les employés et le personnel doivent entrer par les portes de l'agora. L'édifice est sécuritaire.»

La Sûreté du Québec a ajouté cet incident à une liste qui s'allonge.

L'établissement est la cible de nombreuses alertes à la bombe et au colis suspect depuis la fin du mois d'octobre. Le Cégep et d'autres écoles de la région ont été la cible de canulars depuis le 28 octobre dernier.

La Sûreté du Québec relie les quatre mineurs arrêtés en novembre à une série de canulars ayant forcé la fermeture d'écoles dans la région d'Ottawa-Gatineau.

L'une de ces alertes, signée par un groupe baptisé «Sceptre Rouge» a été transmise à près de 80 écoles du Québec, le

3 novembre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer