Saisie de stupéfiants à Gatineau et L'Ange-Gardien

Un projet baptisé Ricochet a permis au Service... (Archives Associated Press)

Agrandir

Un projet baptisé Ricochet a permis au Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) d'effectuer cinq perquisitions, entre 15h25 et 14h15, mercredi.

Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Sept personnes devront faire face à la justice à la suite de perquisitions en matière de stupéfiants effectuées mercredi dans cinq résidences de l'Outaouais.

Un projet baptisé Ricochet a permis au Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) d'effectuer cinq perquisitions, entre 15h25 et 14h15, mercredi, avec l'assistance du Serviec de la sécurité publique de la MRC des Collines-de-l'Outaouais et la collaboration de l'escouade canine de la Sûreté du Québec.

Deux logements de Gatineau étaient visés, soit le 102 rue Church, appartement 1, et le 232 rue Sauvé, appartement 2. Trois autres adresses de la municipalité de L'Ange-Gardien ont reçu la visite des policiers: les 37 et 181 rue Butler, de même que le 54 chemin de la Baie-Cousineau.

Les forces de l'ordre ont ainsi saisi 80 grammes de cannabis, 21 comprimés de méthamphétamine, 3,4 grammes de haschich, 5,5 grammes de cocaïne, 0,5 gramme de crack, «des documents démontrant le commerce illégal de la drogue», de même que 550$ en argent comptant.

Le projet Ricochet a permis aux autorités d'arrêter trois femmes âgées de 18 à 42 ans, et quatre hommes âgés de 21 à 62 ans. «L'opération, menée à la suite d'informations reçues du public, visait à mettre un terme à un réseau de trafic de stupéfiants dont la drogue était destinée à la revente aux résidents des quartiers environnants les résidences ciblées», a indiqué le SPVG.

Deux hommes et une femme ont comparu hier devant la Cour du Québec jeudi matin, tandis que les autres individus ont été relâchés sous promesse de comparaître à une date ultérieure.

«Des accusations de trafic de stupéfiants et de possession de stupéfiants en vue d'en faire le trafic seront soumises» au Directeur des poursuites criminelles et pénales», a précisé le SPVG.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer