Pluie d'alertes à la bombe dans les écoles

De nombreuses alertes à la bombe ont été... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

De nombreuses alertes à la bombe ont été placés dans les établissements scolaires du Québec mardi.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Sûreté du Québec (SQ) s'est mise à la chasse d'une nébuleuse autoproclamée «Sceptre Rouge», qui a revendiqué de nombreuses alertes à la bombe dans les établissements scolaires du Québec mardi.

Le ministre intérimaire de la Sécurité publique, Pierre Moreau, a rendu public le nom de ce groupe qui critique le travail des enseignants.

Le groupe suspect a transmis ses menaces par courriel, provoquant un branle-bas partout au Québec. En Outaouais, la Commission scolaire Western Québec et le Cégep de l'Outaouais ont été visés. Il s'agissait, au bout du compte, d'un canular.

La SQ, mais aussi les corps de police municipaux et la Gendarmerie royale du Canada, collaborent à l'enquête.

La vague semble avoir pris naissance la semaine dernière en Outaouais et à Ottawa, alors que des écoles francophones et anglophones ont été les cibles de menaces. La SQ ne voulait pas relier les deux phénomènes mardi.

«Il ne semble pas que ce soit le même modus operandi que la semaine passée (en Outaouais)», a déclaré le sergent Daniel Thibodeau, de la SQ.

Le porte-parole de la police d'Ottawa, Marc Soucy, n'était pas en mesure de confirmer que des écoles de la capitale fédérale aient été encore une fois les cibles d'appels à la bombe, mardi.

Le sergent Peter Leon, de la Police provinciale de l'Ontario (PPO), a nié que des écoles se trouvant sur son territoire faisaient l'objet d'une enquête. «Nous demeurons toutefois attentifs à ce qui se passe au Québec», dit-il.

Le Cégep de l'Outaouais a aussi confirmé la... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Le Cégep de l'Outaouais a aussi confirmé la réception d'un courriel de menace à la bombe.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

En tout, une soixantaine d'établissements scolaires ont reçu des courriels inquiétants mardi matin. Des autorités scolaires ont fait évacuer leurs établissements, et les policiers ont fouillé les lieux, sans toutefois trouver de colis suspect.

Des établissements ontariens auraient aussi été ciblés, bien que le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est n'ait pas reçu de telles menaces. «Par mesure préventive, nous demeurons vigilants et aux aguets de personnes ou d'objets suspects», a écrit la direction sur son site Web.

Endroits sécurisés

Le Cégep de l'Outaouais a aussi confirmé la réception d'un courriel de menace à la bombe.

«Les campus Félix-Leclerc et Gabrielle-Roy n'ont pas été évacués, puisque nous sommes présentement en période de journées sans cours, ce qui permettait des fouilles efficaces et sécuritaires. Le campus Louis-Reboul a été évacué et une fois l'endroit sécurisé et fouillé, le lieu a pu être réintégré et les activités régulières ont pu reprendre», a mentionné la direction par courriel.

«Comme d'autres commissions scolaires du Québec et de l'Ontario, la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais a reçu un message de menaces ce matin», a aussi écrit la commission scolaire comptant plusieurs écoles à Gatineau. «Nous tenons à signifier aux parents que nous suivons la situation de près et que nous prendrons toutes les mesures appropriées selon les circonstances. Concernant l'école du Plateau, l'horaire habituel est respecté.»

Dans la MRC des Collines-de-l'Outaouais, dix établissements situés à Chelsea, La Pêche et Pontiac ont été fouillés.

Plusieurs unités d'enquête de la SQ ont été dépêchées sur les lieux. «Pour ce genre de crime, nous avons les moyens de remonter à la source et trouver les responsables», a déclaré le sergent Thibodeau.

Une lettre contre les profs truffée de fautes

Le groupe se présentant sous le nom de... (Facebook) - image 4.0

Agrandir

Le groupe se présentant sous le nom de «Sceptre Rouge» aurait envoyé ces lettres menaçantes à plusieurs écoles mardi. 

Facebook

Dénonçant les enseignants et les «horreurs qu'ils infligent sur (sic) les enfants innocents», un groupe a quand même menacé de faire exploser des autobus transportant ces mêmes élèves. Le «Sceptre Rouge» (SR) a fait parvenir un message aux directions d'une soixantaine d'écoles du Québec mardi.

Annonçant une campagne «Quatre Jours de Mort», le SR se décrit comme un collectif «furieux avec (sic) les syndicats» de professeurs. Le SR semble être préoccupé par ce qui se passe des deux côtés de la rivière des Outaouais.

Gatineau et Ottawa ont été le théâtre d'appels à la bombe, la semaine dernière, soit bien avant le coup d'éclat de mardi.

Selon ce qu'il nous a été permis d'apprendre, les lettres de menaces ont été envoyées en anglais et en français, selon la langue d'enseignement de l'établissement visé. «Après quelques testes (sic) de réaction dans le coeur du Canada, nous avons planté quatre bombes dans plusieurs collèges, CÉGEPS, écoles secondaires et écoles primaires répartis à travers le Québec et l'Ontario», lit-on.

Insultant au passage la première ministre de l'Ontario Kathleen Wynne avec des insultes homophobes «et son copain au nord», le groupe soutient que «les étudiants vive (sic) dans la crasse; ni bon apprentissage, ni joie!» Le SR, qui ne fait aucune mention du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, dit qu'il sera actif jusqu'à ce que «cette grève est (sic) terminée.»

Le groupe affirme avoir mis «2 bombes dans les CÉGEPS/collèges, 1 bombe dans un (sic) école secondaire, 1 bombe dans un (sic) école primaire, 2 bombes dans des autobus scolaires ou de la ville, utilisés par ces étudiants». Le SR, qui veut faire cesser la grève dans le secteur public au Québec, menace d'être actif jusqu'à vendredi, entre 6h et 18h. «S'il n'y a pas d'annonce de termination (sic) jeudi matin nous commencerons nos attaques directement sur les syndicats et nous intensifieront ceux (sic) sur les écoles.»

Les policiers n'ont rien trouvé

La Sûreté du Québec (SQ) s'est mise à la chasse d'une... (Adrian Wyld, PC) - image 6.0

Agrandir

Adrian Wyld, PC

Des inspections sont toujours en cours, mais la Sûreté du Québec a constaté que les menaces d'attentats à la bombe dans des établissements scolaires s'avèrent sans fondement dans une cinquantaine d'entre eux.

Selon un communiqué du corps de police, les fouilles policières dans 53 établissements n'ont pas permis de découvrir d'engin explosif sur place.

La SQ a indiqué en fin de journée mardi que des inspections étaient toujours en cours dans huit des 64 écoles primaires, secondaires et cégeps visés par les menaces d'attentat.

Un «acte terroriste», selon Moreau

Dans un point de presse à l'Assemblée nationale, mardi après-midi, le ministre intérimaire de la Sécurité publique, Pierre Moreau, a assimilé les menaces formulées à un acte terroriste.

«Le fait d'émettre ce type de communiqué et d'alerter la population, sur une échelle aussi large, pourrait certainement constituer en preuve un acte terroriste», a-t-il dit.

M. Moreau a affirmé que la menace formulée par le groupe s'étale jusqu'à vendredi, ce qui pourrait nécessiter une veille policière.

«On prend cette situation au sérieux, on veut rassurer la population, on veut dire à la population que nous allons tout mettre en oeuvre, et aussi longtemps que nous estimerons qu'il y a une menace pour la sécurité, qu'elle soit appréhendée ou réelle», a-t-il dit.

Le premier ministre Philippe Couillard a déploré la situation qui provoque l'inquiétude des parents dont les enfants ont été évacués mardi matin.

M. Couillard a affirmé que la justice suivra son cours afin que les coupables soient sanctionnés pour ce geste «criminel».

«Malheureusement il y a également la possibilité que ce ne soit qu'un canular, ce qui serait aussi grave, a-t-il dit. Si on fait des menaces comme ça, même si elles ne sont pas véridiques, c'est aussi grave pour la société.»

- La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer