Triple rage meurtrière à Wilno

Deux victimes ont été tuées près du village... (Fred Chartrand, La Presse Canadienne)

Agrandir

Deux victimes ont été tuées près du village de Wilno mardi. La troisième victime a été tuée dans la région de Bancroft.

Fred Chartrand, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un homme de 57 ans épris d'une rage meurtrière a roulé plus de 300 kilomètres et tué trois femmes dans les environs de Wilno, en Ontario, avant d'être arrêté à Ottawa, mardi.

La Police provinciale de l'Ontario (PPO) a pris l'homme en chasse peu après 9h et demandé à tous les résidents des environs de rester à l'intérieur et de verrouiller leurs portes.

Wilno est un village situé à 175 km à l'ouest de la capitale fédérale comptant une importante population d'origine polonaise. Le suspect a ouvert le feu en trois endroits différents avant de prendre la fuite. Deux victimes ont été atteintes par balle dans cette même région située au sud-est du parc provincial Algonquin. Le tireur aurait fait une troisième victime, cette fois dans la région de Bancroft, avant de se diriger vers la capitale.

Le compte Twitter officiel de la Police d'Ottawa a partagé des publications de la PPO indiquant que le suspect avait été arrêté par des agents de police de la capitale, et que les résidents qui étaient confinés à l'intérieur de leurs demeures ou de leurs bureaux étaient désormais libres de se déplacer.

L'arrestation a eu lieu dans l'ouest de la ville, dans le secteur de Kinburn.

Selon plusieurs médias de la région, le tireur serait Basil Borutski, un individu avec un dossier criminel qui aurait récemment été libéré de prison. Selon ces mêmes médias, l'une des victimes serait Anastasia Kuzyk, une agente d'immeuble dans le secteur de Pembroke.

La PPO a indiqué mardi soir par voie de communiqué qu'un bilan complet des événements sera effectué mercredi.

En début de journée mardi, la porte-parole de la PPO, Kristine Rae, a conseillé aux résidents de la région de rester dans leurs demeures et de rapporter à la police toute activité suspecte. À Pembroke, à 45 minutes de Wilno, la direction de l'école élémentaire et secondaire publique L'Équinoxe a averti les parents d'élèves que les mesures de confinement avaient été mises en branle.

Toujours en début de journée mardi, dans un courriel du Conseil scolaire des écoles publiques de l'est de l'Ontario (CEPEO) adressé aux parents, la direction mentionnait être «en mode sécuritaire».

«Pour assurer la sécurité et le bien-être des élèves et des membres du personnel, nous tenons à vous informer que, de manière préventive, l'école est présentement en mode sécurisé dû à une menace externe. Ceci signifie que les portes sont toutes verrouillées: aucune personne ne peut entrer ou sortir de l'édifice jusqu'à avis contraire», lisait-on.

Le palais de justice de Pembroke a aussi été mis en confinement une bonne partie de la journée.

Clinton Roche, propriétaire d'un restaurant de Wilno, avait affirmé qu'une partie du village était confinée. L'homme ne craignait pas pour sa sécurité puisque son café est situé dans une zone dégagée à environ un kilomètre de l'artère principale.

- Avec Justine Mercier, Julien Paquette et La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer