Le thérapeute Marc Cormier accuse la police d'acharnement

Marc Cormier est accusé, avec sa conjointe Manuela Gonzalez,... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Marc Cormier est accusé, avec sa conjointe Manuela Gonzalez, d'avoir aidé son fils Francis à s'évader d'une garde légale, d'avoir été complice dans cette évasion et d'avoir conduit un véhicule malgré une interdiction de la cour.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les larmes ont noyé les yeux du spécialiste en biomécanique Marc Cormier, jeudi, au moment où il expliquait comment la police de Gatineau avait gâché sa vie.

Le spécialiste en orthèses plantaires, qui s'est fait connaître sur la scène sportive professionnelle auprès d'athlètes de renommée mondiale, dont Tiger Woods, tente de faire tomber les accusations criminelles qui pèsent sur lui depuis le mois d'octobre dernier.

M. Cormier est accusé, avec sa conjointe Manuela Gonzalez, d'avoir aidé son fils Francis à s'évader d'une garde légale, d'avoir été complice dans cette évasion et d'avoir conduit un véhicule malgré une interdiction de la cour.

Francis Cormier a été libéré par erreur le 28 octobre 2014. La Couronne reproche aux parents de ne pas avoir collaboré avec les autorités, qui leur demandaient de prendre leur fils, pendant plusieurs jours.

Une ordonnance de non-publication prononcée par la Cour du Québec limite la diffusion de plusieurs informations dans ce dossier complexe. Le communiqué de presse envoyé par l'accusé mercredi contenait cependant des passages de la décision du juge Jean-François Gosselin. Même si l'accusé s'est dit d'accord pour que les médias les publient, LeDroit a tenu à respecter l'ordonnance du tribunal.

En liberté provisoire depuis peu, Marc Cormier a passé plus de 60 jours en détention préventive.

Jeudi, il a fait une sortie publique contre la police de Gatineau, qu'il accuse de s'être acharné sur lui. Il a de plus confirmé le dépôt d'une requête afin de faire arrêter les procédures entreprises contre lui.

«La police n'avait aucune raison de me traiter comme un meurtrier, dit-il. Mon entreprise en souffre beaucoup.»

Son arrestation, soutient-il, était incompréhensible. En détention, il n'a pas pu parler à sa famille.

«Cette histoire que le procureur adjoint (de la Couronne) m'empêche toute communication avec ma femme...» s'est rappelé le thérapeute en sanglotant. «Ils veulent détruire notre vie.»

M. Cormier se dit victime d'une arrestation trop musclée. «Un des policiers avait la main sur son arme à la taille, et les policiers m'ont bloqué le chemin. Pourquoi m'ont-ils pris en filature?»

Le fils de M. Cormier, Francis, est toujours en attente de procès pour voies de faits graves. Là aussi, certaines dispositions légales empêchent la publication d'informations dans cette affaire.

Outre Tiger Woods, Marc Cormier a travaillé avec le golfeur Vijay Singh, le basketballeur Shaquille O'Neal, le patineur Elvis Stojko et le skieur Jean-Luc Brassard, selon le communiqué fourni aux médias jeudi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer