L'escouade tactique pour un pétard mouillé

On croyait à des coups de feu. Il s'agissait de pétards. (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On croyait à des coups de feu. Il s'agissait de pétards.

Un résident d'Aylmer propriétaire de chiens dérangeant ses voisins à toute heure du jour et de la nuit a été interpellé par la police de Gatineau, jeudi, après ce qu'on croyait d'abord être le tir d'au moins deux coups de feu.

L'artillerie lourde du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) est sortie dans un - presque - paisible voisinage de l'avenue de la Colline, peu après 13h. L'escouade tactique a investi le 236, avenue de la Colline et a arrêté un homme et une femme. Le SPVG n'a pas voulu confirmer l'identité des deux personnes, mais plusieurs voisins ont dit les connaître.

«Ses chiens jappent toujours», dit Aniela Vézina, qui a entendu «deux coups de feu». Ses voisins ont sensiblement la même version et précisent, comme elle, que les animaux de l'individu appréhendé dérangent tout le monde. «Il leur crie de se la fermer, mais ça ne cesse pas.»

Les détonations ont causé une petite commotion dans le quartier. Jusqu'à 18h, on croyait que des coups de feu avaient été tirés.

Dans un communiqué, le SPVG a confirmé qu'il «ne s'agissait pas de coups de feu, comme les appels initiaux reçus au 9-1-1 et les témoins le croyaient. Il s'agissait de puissants pétards dont le son s'apparente à des coups de feu».

Les deux résidents pourraient recevoir des constats d'infraction en vertu du règlement municipal sur la paix et bon ordre. 

Un autre voisin a laissé savoir que la Ville avait procédé à la saisie des bêtes, le 25 août dernier. Le suspect en question, identifié par plusieurs comme «Tony» aurait comparu à la Cour municipale, et payé une amende. Il a repris possession de ses chiens dans la même semaine, et le bruit aurait repris de plus belle.

Le conseiller municipal du secteur, Mike Duggan, a confirmé avoir reçu plusieurs plaintes de ces concitoyens à propos de cette adresse. «Il semble que le résident est peu sociable, dit-il. Effectivement, les voisins se plaignent beaucoup du bruit fait par les chiens.»

Des résidents ont parlé d'odeurs nauséabondes émanant de l'arrière-cour de cette adresse. La police n'a pas voulu confirmer ou infirmer qu'il pouvait s'agir d'une chicane de voisins ayant tourné au vinaigre.

Peu après 16h, le périmètre de sécurité a été levé.

Les voisins évacués par précaution après les détonations ont pu retourner chez eux.

L'école primaire du Vieux-Verger, située dans le même quartier, a retenu ses élèves qui devaient retourner à la maison en marchant dans le même secteur.

«Les quelques élèves touchés par cette situation sont demeurés à l'école, le temps que les parents soient avisés et puissent venir chercher leur enfant», a fait savoir par communiqué le SPVG, en début de soirée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer