Vingt-six chats sortis d'une maison insalubre

Le chat appartiendrait à un couple de personnes... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Le chat appartiendrait à un couple de personnes âgées qui l'avaient perdu, selon les médias locaux.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une dame de 84 ans recevra de l'aide des autorités municipales et des services sociaux après la découverte de 26 chats dans sa maison insalubre du secteur Aylmer, jeudi matin.

La police de Gatineau s'est dite être davantage en mode «aide» qu'en mode «répression». Les policiers et le contrôle animalier sont intervenus auprès de la dame âgée, qui vit seule dans sa maison de la rue Symmes.

Les félins, de races siamoises et rex, ont été confiés à la SPCA de l'Outaouais.

L'organisme doit dresser un bilan de santé des animaux, qui ne sont pas nécessairement maltraités, mais plutôt abandonnés à leur sort.

«Trois femelles sont enceintes, explique la directrice adjointe de la SPCA de l'Outaouais, Karine Dunnigan. Ce sont les choses typiques que l'ont voit lors de pareilles interventions. Des animaux sales et non stérilisés, des mites d'oreille, des teignes, etc.»

En principe, les 26 chats ne devraient pas être euthanasiés. Le seul chaton du groupe est cependant dans un état précaire et doit recevoir des soins intensifs. «On saura d'ici vendredi après-midi ce qui adviendra du chaton.»

Selon la directrice adjointe, la femme «a perdu le contrôle». Le règlement municipal permet aux résidents de ne posséder que quatre chats.

La situation n'est pas semblable à celle de la famille Filion, dont la maison d'Aylmer a été détruite en juin 2010 à cause d'une insalubrité sévère et de traitements plus qu'inadéquats réservé à plusieurs types d'animaux.

«Les chats secourus cette semaine sont un peu stressés parce qu'ils ne sont plus dans le même environnement, explique Mme Dunnigan. Mais ils n'ont pas été battus ni maltraités intentionnellement.»

Mme Dunnigan parle du «syndrome du collectionneur». Les chats se sont reproduits entre eux, et n'ont pas été «cueillis» par la dame, au fil des ans.

La SPCA de l'Outaouais dit intervenir «à trois ou quatre reprises» dans des cas semblables.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer