Une récompense pour retrouver le tortionnaire de Mignonne

Johanne Matte, l'une des deux instigratrices de la... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Johanne Matte, l'une des deux instigratrices de la campagne de financement lancée pour permettre d'offrir une récompense à la personne qui permettrait d'identifier le ou les suspects ayant maltraité la chatte Mignonne.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une récompense de 1000$ est offerte pour aider à trouver la ou les personnes ayant défiguré une chatte, à la mi-juillet à Gatineau, une agression qui a forcé l'euthanasie de la bête baptisée Mignonne.

Ce sont deux citoyennes amoureuses des animaux qui ont choisi de se lancer dans une collecte de fonds afin de pouvoir offrir une récompense visant à retrouver le ou les coupables de l'agression qu'a subie Mignonne.

Johanne Matte et Hélène Mercier ont lancé un groupe Facebook, appelé Justice pour Mignonne, qui comptait mercredi matin plus de 250 mentions «j'aime». Les deux femmes ne connaissaient pas personnellement le maître de Mignonne, Daniel Rheault, mais ont été touchées par le triste sort réservé à la chatte de six ans. Elles sont d'ailleurs en contact régulier avec lui dans le cadre des démarches qu'elles ont entreprises.

«M. Rheault ne veut pas de vengeance, mais il voudrait juste que la ou les personnes paient pour ce qu'elles ont fait, et nous on s'en occupe parce qu'il est pas mal émotif et troublé encore par ce qui est arrivé à Mignonne», a fait savoir Mme Matte.

L'affiche réalisée pour cette campagne demande que toute personne détenant «des renseignements pouvant influencer le déroulement de l'enquête sur ce crime [...] contacte le service de police de Gatineau en mentionnant le numéro de dossier: 15-38976».

Mignonne avait été retrouvée gravement blessée, le 17 juillet, dans les environs de la rue Hillcrest, à Gatineau. Elle gisait au sol, encore consciente, mais avait la mâchoire pendante et les yeux sortis de leurs orbites. Une vétérinaire avait indiqué à la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de l'Outaouais que la petite bête avait été victime d'une «cruauté animale extrême».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer