Des coyotes malades sèment l'inquiétude à Gatineau

Certains coyotes sont atteints de la gale sarcoptique.... (Courtoisie - Facebook)

Agrandir

Certains coyotes sont atteints de la gale sarcoptique.

Courtoisie - Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des résidents du quartier Templeton à Gatineau s'inquiètent de la présence de plusieurs coyotes dans le secteur du parc du Lac-Beauchamp, dont certains sont atteints de la gale sarcoptique.

Le premier mammifère aurait été aperçu pour la première fois il y a deux semaines et depuis les témoignages de citoyens ayant vu un de ces canidés se sont multipliés.

« La première fois que je l'ai aperçu, je n'ai pas été en mesure d'identifier l'animal, mais hier je l'ai revu près du terrain de golf situé sur le boulevard Maloney. J'ai pu le prendre en photo et lorsque j'ai partagé celle-ci avec un groupe sur Facebook, j'ai réalisé qu'il s'agissait d'un coyote, que je n'étais pas le seul à l'avoir vu et surtout qu'il y en avait plus qu'un », raconte Emmanuel Patry.

Au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), on confirme que l'animal aperçu par M. Patry est bel et bien un coyote et que ce dernier est atteint de la gale sarcoptique, une maladie de la peau dont souffre un coyote sur cinq en Outaouais.

« Il s'agit d'une maladie assez commune chez les coyotes et bien qu'elle puisse être attrapée par l'homme, elle n'est pas aussi mortelle que la rage. [...] Contrairement à celle-ci, il faudrait littéralement manipuler l'animal pour contracter la maladie, puisqu'il faut être en contact avec les tiques qui provoquent la gale », explique Olivier Cameron-Trudel, biologiste au MFFP.

M. Patry, qui a lui-même contacté la direction régionale du MFFP hier matin, n'est toutefois pas rassuré de savoir que plusieurs coyotes rodent près d'endroits où de nombreuses familles habitent et pratiquent différentes activités estivales.

« Si j'habitais dans un secteur où il n'y avait pas d'enfants et aucune attraction, je ne dirais rien, mais ce n'est pas le cas. Plusieurs familles fréquentent le parc du Lac-Beauchamp et je trouve aberrant qu'on ne fasse absolument rien pour régler ce problème », indique M. Patry.

Pas besoin d'intervenir

Du côté du MFFP, on estime qu'une intervention auprès des coyotes atteints de la gale sarcoptique n'est pas nécessaire et que celle-ci serait très coûteuse. De plus, la réglementation municipale complique la gestion des populations de coyotes, puisque la chasse est interdite sur le territoire de la Ville de Gatineau.

« Des coyotes et des renards, il y en a beaucoup sur le territoire de l'Outaouais, mais les gens ne sont pas au courant puisqu'il s'agit d'animaux assez peureux. Affaiblis par la maladie, certains d'entre eux peuvent toutefois s'approcher davantage des milieux urbains pour se nourrir, mais il ne s'agit pas d'une majorité », mentionne M. Cameron-Trudel.

Afin de ne pas attirer ces mammifères sauvages, le biologiste conseille aux résidents du quartier Templeton de ne pas laisser de nourriture à l'extérieur de la maison et de bien surveiller les animaux de compagnie, notamment les chiens, puisque ces derniers sont plus susceptibles de contracter la gale sarcoptique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer