Calypso condamné à payer 400 000 $

Les avocats de Calypso prévoyaient au départ une... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Les avocats de Calypso prévoyaient au départ une amende pouvant atteindre 150 000 $ alors que la Couronne avait réclamé un somme de 850 000 $.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le parc aquatique Calypso de Limoges, dans l'Est ontarien, devra payer une amende totalisant 400000 $ à la suite d'une décision rendue lundi par la Cour provinciale de l'Ontario.

L'entreprise doit payer ce montant en réponse à quatre chefs d'accusation dont elle a été déclarée coupable en avril dernier. La juge Julie Lauzon avait alors tenu le parc aquatique responsable d'incidents ayant entraîné des blessures survenus en 2011 et 2012 dans deux structures, le Bobsleigh et le Steamer.

Au départ, Calypso faisait face à 20 chefs d'accusation, nombre qui a diminué à six, puis à quatre.

Dans sa décision, la juge Lauzon indique que la cour a été clémente dans l'imposition de la peine. Selon le document de la cour, l'entreprise aurait pu se voir imposer une amende plus salée pouvant atteindre 4 millions$ selon la Loi de 2000 sur les normes techniques et la sécurité. « Une amende qui représente 10 % de l'amende maximale, pour une première offense, est raisonnable à mon point de vue », mentionne la juge.

Les avocats de Calypso prévoyaient au départ une amende pouvant atteindre 150 000 $ alors que la Couronne avait réclamé un somme de 850 000 $.

« La Cour a été clémente parce que, comme je l'avais mentionné à la juge, l'entreprise en était à une première infraction. Ce sont des incidents qui se sont produits en 2011 et 2012 et qui ne se sont pas reproduits », a indiqué l'avocat de l'entreprise, Lawrence Greenspon.

Celui-ci ajoute que l'entreprise a fait du travail pour améliorer la sécurité dans le parc, à commencer par la dénonciation des incidents. « Dans ses débuts, il y avait des lacunes à certains niveaux. Nous ne constatons plus ce genre d'incidents dans le parc », a précisé M. Greenspon.

L'entreprise passera en revue le jugement de la Cour provinciale de l'Ontario et devra décider dans les 30 prochains jours si elle entend faire appel.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer