Mignonne, la chatte, victime d'un acte barbare?

La chatte brutalisée qui répondait au nom de... (Martin Roy, archives LeDroit)

Agrandir

La chatte brutalisée qui répondait au nom de Mignonne a dû être euthanasiée, au grand dam de son propriétaire attristé, Daniel Rheault.

Martin Roy, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Une chatte est retrouvée la tête démantibulée à Gatineau

La Société pour la prévention de la cruauté aux animaux (SPCA) s'inquiète de la découverte d'une chatte dans un état lamentable dans le secteur Gatineau, il y a dix jours. Mignonne, six ans, semble avoir été battue comme peu de patrouilleurs peuvent en témoigner. Elle a dû être euthanasiée.

Son maître, Daniel Rheault, s'est joint à la SPCA de l'Outaouais pour dénoncer l'acte barbare, et pour demander aux résidents de son quartier de lui faire connaître le fond de l'histoire de sa petite féline affectueuse.

Mâchoire pendante et yeux sortis des orbites, l'animal gisait encore conscient, à une douzaine de pieds de la chaussée, dans les environs de la rue Hillcrest, en haut de la rue Main. En 20 ans, la directrice de la SPCA de l'Outaouais, France Dubois, n'a jamais vu un chat aussi mal en point.

Dre Sylvie Choquette, vétérinaire, a confirmé, par écrit à la SPCA, la sévérité des lésions.

Parlant d'une «sévérité indescriptible», la vétérinaire n'hésite pas à décrire une «cruauté animale extrême». Les spécialistes, qui en ont vu d'autres, ont eux-mêmes été choqués. «L'euthanasie immédiate était la seule solution à envisager».

L'animal a subi son triste sort le 17 juillet. Le propriétaire et les responsables de la SPCAont l'impression que la chatte a été frappée d'un coup de pelle ou d'objet contondant.

L'organisme a pu retrouver le propriétaire grâce à la médaille du chat.

«C'est extrêmement traumatisant de voir un animal avec qui on a passé tant d'années dans cet état», confie le propriétaire de la chatte, Daniel Rheault. La SPCA lui a suggéré de ne pas aller voir l'animal avant son euthanasie, mais le Gatinois a tenu à dire un dernier au revoir à Mignonne. «Elle ne voyait plus rien, mais elle m'a quand même reconnu, et a tenté de miauler.»

«C'est extrêmement traumatisant de voir un animal avec qui on a passé tant d'années dans cet état.»

- Le propriétaire de l'animal

La SPCA fera le tour des résidences des environs afin d'en savoir plus.

Pas un accident

Selon la patrouilleuse Isabelle Boileau, il est presque impossible que la chatte ait été happée par une voiture. Ce genre d'accident cause des blessures multiples, et pas seulement à la tête. Le corps du chat était intact. En presque 15 ans de carrière, Mme Boileau non plus ne se souvient pas d'une telle affaire.

S'il s'agit d'un résident refusant la présence d'un chat sur sa propriété, il devrait savoir qu'il existe des moyens de repousser l'animal sans violence.

Mme Dubois conseille entre autres l'utilisation d'une cage pour le transport, ou encore l'étalement de poils de chiens ou d'huiles essentielles d'agrumes. «Les chats n'aiment pas ces odeurs. On peut en mettre dans les fleurs ou ailleurs sur le terrain, explique Mme Dubois. Nous pouvons en donner, des poils de chien.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer