Semaine de prévention de la noyade

Prudence sur les cours d'eau

Robert Dupel, porte-parole d'examenBATEAU.com, rappelle que 18 décès... (Patrick Woodbury)

Agrandir

Robert Dupel, porte-parole d'examenBATEAU.com, rappelle que 18 décès liés à la avigation ont été répertoriés depuis 2005 en Outaouais.

Patrick Woodbury

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que la 22e Semaine de prévention de la noyade bat son plein partout au Québec, les instances en matière de sécurité nautique rappellent aux plaisanciers d'être prudents lorsqu'ils empruntent les lacs et rivières.

L'équipe d'examenBATEAU. com était de passage en Outaouais, lundi, afin de faire la promotion de son nouvel outil de sensibilisation à la sécurité nautique, un site Web qui offre une formation gratuite aux pagayeurs et autres utilisateurs d'embarcations non motorisées. Le site coursPAGAIE. com propose une formation détaillée en sept chapitres qui permet d'étudier l'équipement requis à bord et les règles de navigation sur ce type d'appareil.

« C'est un peu bête parce qu'il y a une loi au Canada qui t'oblige à passer un examen si tu as un bateau à moteur. Si tu te trouves en kayak, il n'y a pas d'exigences du genre. C'est pourquoi on a développé un site gratuit destiné à tout le monde qui emprunte les cours d'eau », précise l'expert en sécurité nautique et porte-parole d'examenBATEAU. com, Robert Dupel.

L'organisme accrédité par Transports Canada effectue depuis le début de l'été des démonstrations de sauvetage sur l'eau à travers la province. Des formateurs étaient notamment de passage au port Jacques-Cartier, dans le secteur de Hull, ainsi qu'à la marina d'Aylmer, hier, afin de fournir des conseils lors de situations problématiques.

Avec 18 décès liés à la navigation depuis 2005, l'Outaouais figure au quatrième rang du triste palmarès des régions du Québec comptabilisant le plus de noyades sur son territoire, rappelle M. Dupel.

Les plaisanciers doivent être au fait des règles de base afin d'éviter de malheureux incidents, souligne ce dernier. « Par exemple, quand quelqu'un tombe à l'eau, il ne faut jamais tendre la main. Si la personne panique, elle risque de nous tirer avec elle. On préfère que les gens tendent une pagaie ou un engin de flottaison », explique-t-il.

« On dit aussi aux personnes qu'ils doivent faire un plan de route. Avant de partir, il faut vérifier la mécanique et l'état du bateau. Il faut aussi s'assurer dire à nos proches où on s'en va sur l'eau. Comme ça, si on manque à l'appel, on saura au moins où diriger les autorités policières. »

La veste de flottaison demeure par ailleurs le moyen le plus efficace afin d'être en sécurité sur l'eau, réitère M. Dupel. Depuis 10 ans, la veste était soit absente, présente mais non portée ou encore portée de façon incorrecte dans 80 % des noyades enregistrées au Québec.

 « Pourtant, il n'y a pas de raison aujourd'hui de ne pas la porter, avec la technologie que nous avons », note l'expert en sécurité nautique.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer