Les flammes détruisent l'église de Saint-Sixte

Un large pan de l'histoire de Saint-Sixte s'est... (Julien Paquette, LeDroit)

Agrandir

Un large pan de l'histoire de Saint-Sixte s'est envolé lundi soir.

Julien Paquette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les flammes ont enlevé son coeur à la municipalité de Saint-Sixte, lundi soir. L'église de ce petit village de la Petite-Nation a brûlé sous le regard stupéfait des résidents des alentours.

L'effroi était visible dans le visage des citoyens de Saint-Sixte, rassemblés pour voir leur église tomber en morceaux. Ce bâtiment était situé en haut d'une colline, au centre du village. Tel un phare qui accueille les marins, le clocher de l'église indiquaient aux visiteurs qu'ils venaient d'arriver à destination, selon les résidents rencontrés.

Les résidents de Saint-Sixte sont tristes. Réal Robillard est possiblement le plus attristé d'entre eux.

«Je l'aimais ma p'tite église, ça me fait mal», a-t-il indiqué.

Ce retraité habitait dans l'ancien presbytère, situé juste à côté de l'église. C'est là que l'incendie s'est déclenché. M. Robillard effectuait des travaux à l'extérieur lorsqu'il a aperçu de la fumée s'échapper de la façade arrière du bâtiment. En soulevant le revêtement extérieur pour voir de plus près ce qui causait cette fumée, il soutient que les murs se sont embrasés.

Cette vieille résidence qui a plus de 120 ans, tout comme l'église, n'ont eu aucune chance.

«Je le savais, c'est une boîte d'allumettes. L'église aussi», soutient Réal Robillard.

Les pompiers s'affairaient toujours, lundi en fin de soirée, à éteindre le feu qui s'est déclenché en fin d'après-midi. Un bilan des opérations n'a toujours pas été dressé, mais les services d'incendie de nombreuses municipalités voisines ont prêté main-forte aux pompiers de Saint-Sixte, en vain.

C'est un large pan de l'histoire de la municipalité qui s'est envolé, lundi soir. L'église et le presbytère étaient des bâtiments à haute valeur patrimoniale, selon le maire, André Bélisle. 

Or, les bureaux de la municipalité avaient été emménagés temporairement à l'arrière de l'église. La grande majorité des archives de Saint-Sixte ont brûlé avec la chapelle.

«Ça faisait partie de notre patrimoine visuel, on était bien fiers à l'idée de célébrer le 125e anniversaire de l'église, mais ça n'arrivera pas», affirme M. Bélisle.

Le maire de Saint-Sixte n'était pas en mesure de définir l'impact de l'incendie pour l'avenir de la municipalité. Dès aujourd'hui, il mettra ses efforts vers la relance des services municipaux. Pour ce qui est de la commémoration de l'histoire de Saint-Sixte, il compte sur les citoyens pour tenter de colliger la mémoire collective des résidents.

«Les gens vont peut-être se rappeler des histoires en voyant ça, des histoires qu'on oubliait avec le temps. Peut-être que quelqu'un va interroger nos aînés pour bâtir un livre sur l'histoire de Saint-Sixte, je ne sais pas», suggère André Bélisle.

Croyant, Réal Robillard ne sait pas comment interprété le message qu'on lui envoie avec cet incendie. 

Au cours des 20 dernières années, il a mis toutes ses économies dans l'ancien presbytère et dans l'église.

«[Le presbytère] était abandonné, je trouvais ça de valeur de voir la propriété mourir. Je l'ai relevé. [...] Elle était belle notre église. Des gens venaient, même s'ils n'étaient pas croyants, juste parce qu'ils aimaient voir notre église. [...] J'ai jamais rien demandé à personne, de voir que les gens la trouvaient belle notre église, c'était ma paye.»

Lundi soir, personne ne savait ce que le village pourra faire pour se relever. À court terme, l'incendie laisse un trou béant au centre-ville de Saint-Sixte, mais aussi dans son histoire et dans son patrimoine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer