Trêve dans les moyens de pression au palais de justice

Depuis quelques semaines, l'heure est au port de... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Depuis quelques semaines, l'heure est au port de pantalons non conformes et d'accessoires marqués d'un message syndical, chez certains corps policiers et les constables.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les constables spéciaux du palais de justice de Gatineau feront une trêve, mardi, en portant l'uniforme complet et sans accessoire marquant leurs moyens de pression syndicaux.

Les membres du Syndicat des constables spéciaux du gouvernement du Québec (SCSGQ) ont pris cette décision, alors qu'un nouveau juge à la Chambre de la jeunesse et à la Chambre criminelle et pénale, Sylvain Meunier, doit être assermenté mardi après-midi.

Le syndicat dit agir ainsi «par respect» pour le nouveau magistrat, dont la sécurité de la cérémonie sera assurée par les mêmes constables.

L'heure est au port de pantalons non conformes et d'accessoires marqués d'un message syndical, chez certains corps policiers et les constables.

Des policiers du Service de police de la ville de Montréal ont heurté les sensibilités en se présentant avec des pantalons de camouflage aux funérailles d'État de Jacques Parizeau. Toujours à Montréal, les obsèques de l'ex-maire de Montréal, Jean Doré, devaient se dérouler sans message syndical. Mais des agents ont été photographiés arborant un autocollant «Libre Négo».

«À la demande des constables eux-mêmes, il n'y aura pas de moyen de pression vestimentaire demain (mardi)», a confirmé le président du SCSGQ, Frank Perales.

«Par respect pour le nouveau juge, et pour une question de gros bon sens, nous ferons une pause.»

Les constables spéciaux du Québec portent depuis quelques semaines un pantalon non conforme, un brassard noir, et un autocollant au dos.

M. Perales rappelle d'ailleurs que les constables du Québec avaient porté l'uniforme réglementaire à l'Assemblée nationale, le jour des funérailles de M. Parizeau.

La convention collective des constables spéciaux est échue depuis le 31 mars.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer