«J'étais à quatre ou cinq minutes de la mort»

Des consommateurs de crack ont perdu connaissance, mercredi... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Des consommateurs de crack ont perdu connaissance, mercredi soir, près des locaux de l'Armée du Salut.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un des cinq consommateurs de crack hospitalisés cette semaine à Ottawa avoue avoir eu peur de mourir. Daniel (nom fictif) a confié au Droit, à sa sortie de l'hôpital où il a reposé dans un état critique, que la drogue a failli le tuer.

Les cinq consommateurs ont perdu connaissance vers 20 h, mercredi, près de l'Armée du Salut, sur la rue George. Certains avaient le visage et les lèvres bleutées.

La police d'Ottawa a arrêté un homme de 29 ans qui aurait vendu ce crack de très mauvaise qualité, fort possiblement recoupé avec de dangereux produits chimiques.

« Dangereux... Ce n'est pas le mot ! Un morceau à 20 $ te réveille. Celle-là... Ouf... Je suis réellement chanceux d'être encore en vie aujourd'hui... J'étais à quatre ou cinq minutes de la mort. »

Daniel n'est pas itinérant. Il dit consommer du crack « 5 à 10 fois par année ». Il a un travail et un logement.

« D'habitude, je coupe ma roche à 20 $ en deux. La première est pour moi, la deuxième pour 'mon ami', écrit-il dans un échange de courriels. Quand je l'ai fumée (la roche de mauvaise qualité), j'ai immédiatement senti qu'un train me passait dessus. En cinq secondes, je me suis senti extrêmement ivre, comme si j'avais bu un 40 onces en cinq minutes. Ensuite, je me suis évanoui. »

Un sixième consommateur a ressenti les mêmes symptômes après avoir fumé la même recette de crack, parallèlement à l'incident de l'Armée du Salut, ont confirmé les policiers.

Daniel a été traité pour une déshydratation extrême et des étourdissements. « Dans ce coin-là, tu te fais souvent passer des cochonneries, surtout à moi, qui ne suis pas un habitué. La plupart du temps, il s'agit d'un morceau de drywall (plâtre), du savon dur, etc. »

Quel avertissement veut-il donner aux autres consommateurs, ou à ceux qui seraient tentés d'en consommer pour le plaisir ?

« Va à La Ronde, mets-toi en ligne pour le Monstre, et ensuite, imagine qu'ils viennent de découvrir que le manège a été rongé par les termites, et que les câbles sont tellement rouillés que certains ont commencé à se briser...

« Veux-tu encore y aller pour la ride de 45 secondes ? »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer