Retour à la normale après une panne téléphonique majeure

Une ligne de téléphone endommagée cause des maux... (Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Une ligne de téléphone endommagée cause des maux de têtes à des centaines de clients.

Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De nombreux résidents et commerçants ont été touchés par une panne de leur service téléphonique terrestre, jeudi, de La Pêche jusqu'à Maniwaki.

Plusieurs milliers de personnes n'ont pu utiliser leur ligne terrestre, entre 10h et 13h45, en raison d'un bris de fibre optique causé par des travaux. Il était ainsi impossible de contacter le 9-1-1 en cas d'urgence. Les téléphones cellulaires fonctionnaient normalement sur le territoire affecté, a précisé la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l'Outaouais.

Un centre de commandement a été érigé au siège social de la Coopérative des paramédics de l'Outaouais. Le Centre de communication santé de l'Outaouais, le CISSSO, la Sécurité publique MRC des Collines-de-l'Outaouais et le Service incendie de la MRC des Collines-de-l'Outaouais étaient sur les lieux. «Nous étions 100% opérationnels si les gens tentaient de nous rejoindre, a précisé le porte-parole de la police de la MRC des Collines, Martin Fournel. Des policiers ont été dépêchés aux quatre coins du territoire affecté afin d'assurer une présence en cas d'urgence pour ceux qui ne pouvaient téléphoner.»

«Nous avons répondu rapidement, et aucun appel n'a été perdu par le 9-1-1», poursuit l'agent Fournel.

Du côté des hôpitaux

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) a assuré jeudi que les activités de l'Hôpital de Wakefield ont pu se dérouler normalement malgré la panne. Un numéro de téléphone cellulaire d'urgence était disponible en cas de besoin. Certains médecins ont toutefois dû retourner aux anciennes pratiques. Ce fut le cas, notamment, pour les radiologistes, qui devaient se déplacer pour lire les examens puisqu'ils ne pouvaient plus être transmis de manière électronique.

L'hôpital de Maniwaki, ainsi que les CLSC de Low, Gracefield et Maniwaki, ont été touchés par la panne.

Le CISSSO n'était pas en mesure de dire si cette panne est liée à l'absence d'une «ligne de redondance» en cas de bris.

En mars dernier, LeDroit révélait que l'entreprise Telus avait écopé de plus de 4 millions$ en pénalités, depuis 2010, pour ne pas avoir respecté les termes d'un lucratif contrat avec le gouvernement du Québec prévoyant que tous les établissements de santé de la province devaient être reliés par un réseau de fibres optiques fiable à 99,999%.

La MRC du Pontiac, où le réseau cellulaire n'est pas très développé, a également été touchée à quelques reprises par des pannes ayant affecté les services hospitaliers et la ligne d'urgence 9-1-1. Selon les termes du contrat signé avec Telus, la ligne de «redondance complète» devant permettre d'éviter les bris de services dans le Pontiac est exigée depuis 2010, mais elle n'a toujours pas été installée.

- Avec Justine Mercier

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer