Bals et après-bals: simulation-choc à Ottawa

Des élèves de l'école secondaire publique Louis-Riel ont... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Des élèves de l'école secondaire publique Louis-Riel ont assisté ont assisté à une simulation d'accident de la route.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les jeunes automobilistes semblent mieux comprendre les conséquences mortelles de l'alcool au volant qu'il y a cinq ou 10 ans. Mais la manie des conducteurs d'aujourd'hui, le «textage», prend de plus en plus de place, et commence à faire autant de ravage, déplorent les policiers d'Ottawa.

Mercredi, des élèves de l'école secondaire publique Louis-Riel ont été réunis par les clubs Optimistes de la région, lors d'une simulation d'accident de la route, causé par un jeune conducteur en état d'ébriété, faisant un mort. Alcool ou distraction au volant, les conséquences sont les mêmes, souligne le sergent Denis Hull, de la police d'Ottawa

La saison des bals et des après-bals est sur le point de commencer chez les étudiants. C'est dans ce contexte que les services d'urgence d'Ottawa ont présenté cette simulation-choc, pour convaincre les jeunes de ne pas prendre le volant après avoir consommé de l'alcool, et de mettre leur cellulaire de côté lorsqu'ils conduisent.

Le sergent Hull constate que les dossiers de jeunes accusés de conduite avec les capacités affaiblies ou de vitesse excessive causant la mort ne sont plus aussi nombreux qu'avant, au palais de justice. «On en voit moins depuis cinq ans», observe-t-il.

Mais, il y a un «mais»...

«La distraction au volant, c'est très alarmant», dit-il, alors que plusieurs automobilistes, tous âges confondus, se regardent de plus en plus les cuisses, derrière le volant. Les patrouilleurs des deux côtés de la rivière des Outaouais le savent très bien: les yeux des automobilistes sont en fait rivés sur leur cellulaire.

«En certains endroits, au pays, la tendance dépasse même celle des capacités affaiblies, complète l'agent Troy Froats, de la police d'Ottawa. Ici, la distraction commence à dépasser l'ivresse au volant.»

La distraction cause énormément de collisions dites «mineures». Elles se produisent souvent à une intersection, à basse vitesse, avec des dommages seulement matériels.

Les écoles des quatre commissions scolaires d'Ottawa recevront la visite des policiers, dans le cadre de leurs campagnes de sensibilisation.

Dans la fin de semaine du 18 juin, tous les services policiers de l'Est ontarien et de l'Outaouais érigeront des barrages contre l'alcool au volant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer