Quand des policiers «s'obstinent comme des adolescents»

L'homme que les policiers recherchaient avait été retrouvé... (Archives La Presse)

Agrandir

L'homme que les policiers recherchaient avait été retrouvé frigorifiéaux abords du parc de la Gatineau.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La fuite d'un homme dans le parc de la Gatineau, en décembre 2012, a fait ressortir le problème de la gestion du territoire chez les policiers de Gatineau et de la MRC des Collines-de-l'Outaouais.

Le suspect recherché a tout de même été appréhendé. Mais lors du jugement de l'accusé, la semaine dernière, le magistrat a écorché au passage l'attitude des agents de la paix.

L'accusé, Jonathan Shearer, a été arrêté le 12 décembre 2012, après cinq heures de cavale dans les rues des environs et sur les terres enneigées du parc de la Gatineau. Les autorités ont arrêté l'homme, frigorifié, au petit matin. Il a été reconnu coupable de recel et d'entrave au travail des policiers la semaine dernière.

Le suspect, recherché pour un possible vol de voiture, a été aperçu près de la route 105, à Chelsea, sur le territoire de la MRC des Collines-de-l'Outaouais. La police l'a suivi jusque dans les Hautes-Plaines, à Gatineau, puis, de l'autre côté du parc de la Gatineau, sur le boulevard des Allumettières, cinq heures plus tard.

L'escouade canine de la police de Gatineau a été appelée en renfort.

Dans sa fuite, le fuyard a abandonné le véhicule et tenté de s'engouffrer dans le parc de la Gatineau. La poursuite, faut-il dire, était aussi rendue difficile par les conditions météorologiques défavorables.

Les conversations sur les ondes radio entendues en cour démontrent que les services de police de Gatineau et de la MRC des Collines-de-l'Outaouais se sont « échangés » la recherche du suspect pendant toutes ces heures, en suivant, entre autres, les traces de pneus et de pas dans la neige. Le juge Valmont Beaulieu a dit regretter que les agents « s'obstinaient comme des adolescents » sur qui devait faire quoi.

Enfin, le juge a constaté que le suspect avait tenté - sans succès - de berner les policiers en marchant par-derrière, dans un but inefficace de brouiller les pistes. « Finalement, on sort de la forêt Boucher, on arrive sur des Allumettières et on trouve l'accusé dans un état de congélation », résume-t-il. Sa marche arrière est un indice que l'individu se savait recherché, alors que les sirènes et les gyrophares le suivaient.

Le tribunal, par « la preuve circonstancielle forte », s'est dit convaincu que l'homme arrêté dans ce piteux état était bien celui qui était recherché cinq heures plus tôt.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer