Jour 5 du procès Brazeau: une question d'interprétation

Patrick Brazeau à son arrivée au palais de... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Patrick Brazeau à son arrivée au palais de justice de Gatineau, jeudi.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La reprise du procès du sénateur suspendu Patrick Brazeau pour voie de fait et agression sexuelle a été marquée par l'interprétation de la présumée victime sur son présumé «étranglement».

Le contre-interrogatoire de la femme, qu'on ne peut identifier, se déroule en français et est traduit en espagnol.

Il a été question de la déclaration qu'elle a faite aux policiers de Gatineau après l'incident présumé du 7 février 2013.

L'avocat de M. Brazeau a questionné la femme sur la façon dont elle avait expliqué l'encolure.

Me Gérard Larocque a voulu relever des contradictions sur la version de celle-ci. Alors qu'elle expliquait, au départ, que M. Brazeau l'avait prise à la gorge avec une main, elle a expliqué jeudi matin que «l'étranglement» avait été fait avec un bras.

«C'était très difficile d'expliquer», a répondu la femme, faisant référence à la qualité inférieure de son français, à l'époque.

Le procès est plus long que prévu. Le déroulement laborieux du contre-interrogatoire de sa présumée victime est ponctué de nombreuses objections et argumentations d'ordre technique.

Il s'agit de la cinquième journée d'un procès qui devait en durer trois. Une sixième journée est prévue.

Par ailleurs, le procès de Patrick Brazeau sur les accusations de fraude et d'abus de confiance au sénat se tiendra du 29 mars au 15 avril 2016, au palais de justice d'Ottawa. Il se fera en français, devant un juge seul.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer