Une poursuite contre Calypso rejetée

Dans cette affaire, la plaignante Danielle Yelle soutenait... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Dans cette affaire, la plaignante Danielle Yelle soutenait avoir perdu pied et être tombée, «en raison d'une substance quelconque», à l'entrée de l'attraction Jungle Run, se fracturant un coude.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une première poursuite en dommages corporels contre le parc aquatique Calypso de Limoges a été rejetée par la Cour supérieure de l'Ontario.

Le juge Robert Beaudoin a statué que la partie demanderesse avait été incapable de prouver la négligence de l'entreprise de Limoges, dans l'Est ontarien, à la suite d'un accident survenu le 11 juillet 2010.

«Ils avaient l'obligation de prouver qu'il y avait une condition dangereuse, ce qu'ils n'ont pas réussi à établir», a-t-il jugé.

Dans cette affaire, la plaignante Danielle Yelle soutenait avoir perdu pied et être tombée, «en raison d'une substance quelconque», à l'entrée de l'attraction Jungle Run, se fracturant un coude. Elle prétendait ne pouvoir être en mesure de travailler et réclamait 750 000$ de Calypso en dommages et intérêts. Son mari, Pierre Yelle, exigeait lui aussi un dédommagement de 75 000$. 

«Le juge a rejeté la réclamation, disant qu'elle n'avait glissé sur rien. Son mari a d'ailleurs avoué cela lors de son témoignage, a expliqué l'avocate de Calypso, Me Sally Gomery. Voilà un bel exemple de poursuites frivoles intentées contre Calypso.» 

Les demandeurs devront aussi payer les frais juridiques encourus par l'entreprise afin de défendre sa cause.  

Une douzaine d'autres poursuites ont été déclenchées depuis l'ouverture du parc Calypso en 2010.  Aucune n'est toutefois devant les tribunaux à l'heure actuelle.

«Certaines ont été retirées», a précisé Me Gomery sans fournir plus de détails sur l'état des poursuites.

Le mois dernier, Calypso a été reconnu coupable de six chefs d'accusation pour des accidents survenus en 2011 et 2012 dans certaines attractions du parc. L'Office des normes techniques et de la sécurité de l'Ontario avait déposé 20 accusations relativement à des blessures sérieuses subies par des clients. Au cours du procès, la Couronne avait retiré neuf accusations.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer